25 juillet, 2017
21 juillet, 2017

Dans notre série sur le plein air sans trace ou les principes Leave No Trace, impossible d’éviter de parler de notre relation à la nourriture, du transport à la consommation jusqu’à la gestion de nos rebuts, matériels, comme corporels.

Au centre de l’éthique du tourisme sans trace se trouve la nécessité de laisser la nature dans son état original, comme si nous n’y étions jamais allés.

Pour vous aider, on vous propose quelques pistes de solution.

21 juillet, 2017

Après un voyage de quelques semaines au Portugal, pays qu’elle a d’ailleurs adoré, Lydiane se prépare pour vivre un été tout en simplicité, chez elle, au Québec. Au menu, trois destinations pour celle qui tripe sur l’aventure et la nature.

Pour commencer, elle fait un crochet par la vallée Bras-du-Nord, tout près de Portneuf, près de Québec. Elle restera dans ce paradis du vélo de montagne et de la randonnée pour pratiquer la via ferrata et le canyoning, deux sports qu’elle adore.

Détour par les îles de Mingan sur la Côte-Nord où camping, plongée et kayak seront au rendez-vous pour profiter de la nature sauvage qu’offre cette région.

Et comme dessert, ce sont les îles de la Madeleine qui recevront notre aventurière et ses parents pour la première fois. Lydiane y pratiquera une série d’activités telles que le kite surf, la rando, le tout bien évidemment entremêler de promenades sur le bord de la mer.

Avec ces destinations toutes québécoises, on a pensé demander à Lydiane de dresser un palmarès de ses endroits préférés au Québec. Les voici.

14 juillet, 2017

Curieux de nature, l’homme éprouve un besoin fréquent d’observer le monde autour de lui. Mais si l’aigle profite d’une vision perçante, l’homme doit se contenter d’une vision beaucoup moins inspirante, en comparaison. Une bonne paire de jumelles peuvent augmenter de façon dramatique la capacité d’observation pour un passionné de plein air.

14 juillet, 2017

Le cyclotourisme est l’une de nos activités favorites pour s’évader tout en bougeant. À la portée de tous et toutes, ce sport nous permet de découvrir notre ville, notre région, notre province ou notre pays… à vitesse réduite.

À 20 km/h, on a tout le loisir du monde de regarder nos merveilles naturelles, les rivières et les montagnes, de sentir les fleurs, l’odeur des feuilles mortes ou encore celle parfois surprenante que nous réservent les régions rurales. C’est aussi l’occasion d’écouter le chant des oiseaux, le son des rapides qui se brisent sur les rochers ou d’écouter le vent se glisser dans les feuilles des forêts.

Pour s’évader, rien de mieux.

12 juillet, 2017

Il y a un monde entre manger dehors et savourer un mets dans la nature. La magie d’un repas en plein air réside en grande partie dans le contexte dans lequel il est dégusté. Pour vous donner la chance de goûter au bonheur de bien manger en plein air, certains employés ont généreusement accepté de partager des recettes à savourer près du campement. Alors, avant de partir en vacances, inspirez-vous!

12 juillet, 2017

Nous avons tous déjà pris une cocotte ou une roche, on a tous déjà fait un détour pour esquiver une flaque de boue ou un petit ruisseau au beau milieu du sentier. Peut-être encore s’est-on trop approché de la faune ou a-t-on jeté un cœur de pomme au milieu des bois.

À première vue inoffensives, ces pratiques, multipliées par la répétition incessante du passage de milliers d’aventuriers et d’aventurières, ont un impact négatif direct sur la faune et la flore.

7 juillet, 2017

Faire le tour du monde. Pour certains, c’est le rêve d’une vie. Pour la famille T, c’est le rêve qui se mêle à la réalité pour l’année à venir.

La famille T, c’est Renaud et Catherine, mais surtout leurs filles Justine, Victoria et Marie, âgées de 12, 11 et 8 ans. C’est d’ailleurs l’idée de l’aîné que de partir à l’aventure, pendant un an, autour du monde.

Après avoir fignolé les quelques (gros) détails entourant le départ, dont l’école et le travail, la famille T est fin prête à se lancer corps et âme dans l’aventure.

7 juillet, 2017

Compte-rendu par Danielle Vibien

Une porte blanche donnant sur une ruelle du Plateau, une adresse civique, le nom, le logo en petit format. C’est tout. On sonne. Patric Meunier et sa conjointe Jasmine Lachance nous attendent en haut d’un escalier en bois vétuste qui craque sous nos pas. Ça sent le vécu. Un genre de loft divisé en deux pièces, au deuxième. Mercedes, la seule employée sur place, coud un Alfredo en souriant. L’aiguille de sa machine à coudre roule à pleine cadence. Ses gestes sont précis. Je parle ici de maîtrise. Ce que je vois invite au respect.

7 juillet, 2017