Collaborateurs

22 août, 2014
Notre ambassadeur Maxime Durand sait comment transformer un séjour à l’étranger pour le travail en une incroyable expérience sportive. Voici son épopée en Allemagne, pour une compétition de triathlon dans la région de Francfort. Achtung, fertig, los! (À vos marques, prêt, partez!)

Deux semaines à l’avance, j’apprends que je dois me rendre en Allemagne pour le travail. Le tout n’a rien à voir avec le sport; je dois aller à Köln (Cologne) pour un congrès de jeux vidéo. Toutefois, par pur plaisir, je me suis mis à regarder le calendrier des évènements sportifs à proximité du colloque. Demi-marathon? Triathlon? Je tombe sur le plan le plus corsé : le Championnat européen de Ironman 70.3 à Wiesbaden, une ville tout près de Francfort. D’emblée, je me fixe un seul objectif; y aller pour le plaisir et l’expérience plutôt que pour la compétition. Avec le recul, je constate que cette manière de considérer ma participation à l’événement était la bonne.

8 août, 2014

« Welcome home, Bon retour à la maison! » nous souhaitait la gentille douanière canadienne à notre arrivée en Colombie-Britannique qui nous questionnait davantage sur notre voyage plutôt que sur le contenu de nos sacoches. Nous arrivions alors de Seattle après plus de 400 km sur la côte ouest de l’État de Washington, le cœur gros et plein de bons souvenirs de nos voisins du sud. Maintenant, direction est! Ici, des cyclotouristes il y en a. À peine avions-nous donné nos premiers coups de pédales en Colombie-Britannique que nous avions déjà croisé une dizaine de routards à deux roues faisant eux aussi la traversée du Canada. Nous n’étions plus les seuls. Traverser le Canada à vélo, c’est devenu un classique et les options d’itinéraires sont limitées. Résultat : nous recroisons souvent les mêmes personnes. Cependant, en vélo, chacun y va à son rythme et tous le font pour des raisons qui leur sont propres. Sans surprise, la manne de cyclotouristes se dilue plus nous pénétrons à l’intérieur du pays.

4 juillet, 2014

 

À 28 ans et après quatre années de pratique du triathlon, Maxime Durand devient un ambassadeur de La Cordée pour cette discipline.

Il s’initie pour la première fois au sport en acceptant de remplacer un ami pour la partie course à pied d’un triathlon. La piqûre est intense et immédiate : l’atmosphère survoltée du triathlon le stimule au point où, rapidement, il s’achète une nouvelle paire de chaussures de course et se remet à la natation.

4 juillet, 2014

 

Avez-vous déjà entendu parler de Perse et Vérance? Qui sont-ils? Nous les connaissons depuis peu. Nous les avons découverts au tiers de notre voyage, au Texas et au Nouveau-Mexique. Ils étaient également présents dans les montagnes du Colorado, de l’Utah et de la Californie. Ils ne sont pas méchants. En fait, ils sont les partenaires de notre mental. Ils sont, somme toute, de très bons compagnons. Vérance est utile pour son côté motivateur. Perse lui, nous raisonne parfois et nous suggère des options plutôt alléchantes. Par exemple, il nous susurre occasionnellement de prendre une pause dans un motel. Or, cette suggestion, si nous la suivons, apporte toujours son lot de surprises. En cyclotourisme, le budget est restreint et les motels sont, la plupart du temps, de fausses récompenses. Bien souvent, les plus abordables sont les moins recommandables. D’ailleurs, les tapis de style années soixante semblent ne jamais avoir été changés depuis leur installation. Ils en ont vu des paires de pieds et ça se sent, croyez-nous! La literie n’a, quant à elle, probablement jamais été renouvelée et le matelas, inutile d’en parler. Nous en venons souvent à la conclusion que la tente, le matelas de sol, le sac de couchage et le gazon sont vraiment les meilleurs motels du monde!

27 juin, 2014

Un nouveau voyage se prépare. Après les 11 en vélo à travers le Canada, l’Égypte pendant la révolution et la Mongolie à cheval, nous partons avec nos neuf enfants au pays des légendes, des volcans et des geysers.  Nous allons parcourir l’Islande à vélo. Pas de panique, nous sommes bien organisés. Notre équipement est pensé et adapté pour ce type de voyage de groupe.

Depuis quelques semaines, une liste traîne sur le bureau. Dès que nous réfléchissons à quelque chose qui pourrait nous être utile lors du voyage, nous l’écrivons. Que nous reste-t-il à faire et à acheter? Tout semble aller trop vite tout d’un coup. La date du départ approche si rapidement.

16 mai, 2014

                              Par Michèle Leclerc
cinéaste et journaliste, mère de 9 enfants.

En voyage, l’escale en ville est obligatoire, même pour les passionnées de plein air et de nature. Dès que l’on voyage à l’étranger, on doit transiger par l’aéroport et la métropole. Nous devons y acheter certains équipements spécialisés, obtenir nos visas, etc. Alors, pourquoi ne pas en profiter? Aussi bien allier l’utile à l’agréable et tirer plaisir de cet environnement urbain. Une préparation réfléchie peut aplanir presque tous les obstacles. Se déplacer avec des enfants demande certaines précautions. Celles-ci sont différentes si nous circulons en ville au milieu d’immeubles et de béton ou en pleine nature. Au fil des années, nous avons mis au point quelques astuces pour éviter les mésaventures.

9 mai, 2014

L’année dernière, La Cordée a choisi de s’impliquer auprès de jeunes athlètes de la région en parrainant, entre autres, le sympathique et inspirant triathlète Francis Lefebvre. Cette année, La Cordée a demandé à l’athlète de nous dresser un portrait de son évolution depuis l’an dernier. Vous serez à même de constater que, fidèle à lui-même, il met toute la gomme pour atteindre ses objectifs. Découvrez ce qu’il avait à nous raconter en ce début de saison de triathlon.

24 avril, 2014

La première question que les gens nous posent dès qu’ils nous abordent c’est : « Où allez-vous? » Ils se doutent bien que nous ne traînons pas tout cet équipement seulement pour une longue fin de semaine de trois jours. Nous leur répondons alors que notre destination finale, c’est l’Alaska. La deuxième question qui leur vient alors spontanément c’est : « Are you nuts ? » ce qui signifie, dans la langue de Shakespeare, que nous sommes non pas des noix, mais un peu fêlés.   Est-ce que nous sommes fous? Je ne sais pas. Du moins, pas pour le moment. Sauf que…

11 avril, 2014

« Maman, je veux traverser le Canada en vélo, l’été prochain » m’annonce Louis-Philippe, 15 ans, un soir d’hiver. De fil en aiguille, ses frères se joignent à lui. Finalement, le projet familial prend vie. Je décide de traverser le Canada en vélo avec mes 9 enfants, âgés de 4 à 20 ans, accompagnée par un des oncles de mon époux. Nous partirons de la maison et nous nous rendrons aux Îles de la Madeleine, puis nous prendrons l’avion jusqu’à Vancouver, pour revenir chez nous.

13 mars, 2014

jag_bicik_21Repousser ses limites. Voilà trois mots qui reviennent souvent dans le monde de l’expédition. Nous recherchons l’inconfort. Nous voulons, intentionnellement, nous mettre dans des situations qui nous font sortir des sentiers battus, des situations dans lesquelles l’adrénaline est reine. Nous savons très bien que l’adrénaline, c’est une drogue dont on peut difficilement se passer après y avoir gouté. Les gens qui font de la haute montagne profitent de cette drogue à forte dose, mais les voyageurs au long cours peuvent aussi jouir de ses effets. Évidemment, je ne parle pas ici du voyageur qui décide, pour une courte période de temps, de s’assoir sur le bord d’une piscine, face à la mer, pour boire un petit cocktail aux fraises. Je parle plutôt de gens qui laissent la facilité de côté, prennent leur sac à dos et décident de visiter le pays de l’intérieur.