Voyages

15 août, 2014

Que ce soit sur un autre continent ou en Amérique, à pied, en vélo, en voilier ou au volant d’un VR, partir en voyage c’est comme tomber en amour. Vous vous abandonnez dans les bras de l’aventure et tout ce qui importe c’est le moment présent. Toutefois, ces idylles sont souvent éphémères et la rupture, le retour de voyage, peut être très difficile à vivre pour certaines personnes. Réadaptation au train-train quotidien pour les uns, choc culturel inversé pour les autres, le blues du retour est une réalité qui guette tous les voyageurs. Comment vous en protéger ou atténuer son ampleur? Voici quelques pistes de solutions proposées par La Cordée.

 

15 août, 2014

 

L’arrivée

Ma famille et moi débarquons en Islande. Nous y pédalerons tout l’été. Caméra à l’épaule, nous partons à l’aventure. J’y réaliserai un film pour les Grands Explorateurs. Dix personnes qui voyagent ensemble, c’est plus simple que ça n’y paraît. Nous voyageons séparément, c’est plus économique. Cinq d’entre nous arrivent les premiers, les autres nous rejoignent dans 5 jours. Papa Pierre et Louis-Philippe (le 3e) arriveront à la fin juillet et l’aîné viendra nous rejoindre en août. Après un premier vol de deux heures de Montréal à Halifax, nous montons à bord de l’avion d’Icelandair pour quatre heures. Il nous mènera à l’aéroport de Kevlavik, à une cinquantaine de kilomètres au sud de la capitale Reykjavik (le « j » se prononce « i »). En arrivant, nos cinq vélos nous attendent dans leurs boîtes respectives sur un chariot. Nous remettons les guidons et les pédales en place,  nous soufflons les pneus et finissons l’installation de nos sacoches sous la supervision de Jean-Cristoph qui sera notre mécano pour ce voyage.

30 mai, 2014

Sortir de votre environnement familier sans craindre les vols et les agressions est fort précieux. Il vous suffit de bien vous préparer et de vous équiper judicieusement pour prévenir une grande partie des mauvaises surprises et pour profiter pleinement de votre voyage. Pour ce faire, La Cordée vous présente, en rafale, quelques idées ingénieuses élaborées par certains fabricants soucieux de votre sécurité.

16 mai, 2014

                              Par Michèle Leclerc
cinéaste et journaliste, mère de 9 enfants.

En voyage, l’escale en ville est obligatoire, même pour les passionnées de plein air et de nature. Dès que l’on voyage à l’étranger, on doit transiger par l’aéroport et la métropole. Nous devons y acheter certains équipements spécialisés, obtenir nos visas, etc. Alors, pourquoi ne pas en profiter? Aussi bien allier l’utile à l’agréable et tirer plaisir de cet environnement urbain. Une préparation réfléchie peut aplanir presque tous les obstacles. Se déplacer avec des enfants demande certaines précautions. Celles-ci sont différentes si nous circulons en ville au milieu d’immeubles et de béton ou en pleine nature. Au fil des années, nous avons mis au point quelques astuces pour éviter les mésaventures.

16 mai, 2014

L’arrivée du beau temps et des températures douces donne parfois des fourmis dans les jambes et fait naître d’irrépressibles envies de voyager. À La Cordée, les voyageurs urbains trouveront de quoi à répondre à leurs besoins sans s’encombrer d’articles inutiles. Pour éviter de partir à la découverte d’une nouvelle contrée sans s’importuner d’articles qui ne verront jamais la lumière du jour et d’« au cas où » qui restent dans le fond de la valise pendant tout le voyage, jetez un coup d’œil aux collections et aux articles spécialement dédiés aux voyageurs urbains.

13 mars, 2014

jag_bicik_21Repousser ses limites. Voilà trois mots qui reviennent souvent dans le monde de l’expédition. Nous recherchons l’inconfort. Nous voulons, intentionnellement, nous mettre dans des situations qui nous font sortir des sentiers battus, des situations dans lesquelles l’adrénaline est reine. Nous savons très bien que l’adrénaline, c’est une drogue dont on peut difficilement se passer après y avoir gouté. Les gens qui font de la haute montagne profitent de cette drogue à forte dose, mais les voyageurs au long cours peuvent aussi jouir de ses effets. Évidemment, je ne parle pas ici du voyageur qui décide, pour une courte période de temps, de s’assoir sur le bord d’une piscine, face à la mer, pour boire un petit cocktail aux fraises. Je parle plutôt de gens qui laissent la facilité de côté, prennent leur sac à dos et décident de visiter le pays de l’intérieur.

7 février, 2014

jag_bicik_21Nous sommes le 8 janvier, il est 6 h 53 et il fait -23 °C. Les boîtes qui contiennent nos vélos, nos huit sacoches et nos deux sacs fourre-tout hydrofuges SealLine sont sur le balcon. C’est le jour J. Nous n’avons pas dormi de la nuit tellement nous étions excités et stressés. JA surveille par la fenêtre l’arrivée de la camionnette taxi que nous avons réservée la veille. À son arrivée, le taxi n’a rien d’une camionnette. Le chauffeur, quant à lui, est convaincu que tout notre attirail entre dans son véhicule. Pas nous. Après plusieurs essais et sûrement une bonne connaissance du jeu Tetris, le chauffeur finit par avoir raison. Tout entre! Ne jamais sous-estimer un chauffeur de taxi, surtout à 6 h 57 du matin! Je barre la porte de l’appartement et met les clés dans la boîte aux lettres. C’est officiel, nous n’avons plus de maison.

17 janvier, 2014

Pendant l’hiver, de nombreux sportifs se tournent vers les sports de glisse pour maintenir la forme. Or, les aléas de la météo rendent parfois ces activités difficiles à pratiquer. Si vous croyez entendre votre précieuse monture ou vos chaussures de course gémir pour sortir du coin de la maison, remédiez à la situation en répondant à l’appel du Sud et à ses forfaits enivrants! Si vous avez toujours été peu intéressé par les forfaits tout inclus, repensez le classique buffet-bar-alcool-inactivité-à-volonté en apportant tout simplement votre bolide ou vos chaussures d’entraînement avec vous. Voyagez de manière rassurante et organisée tout en visitant des coins de pays typiques et en vous préparant pour la belle saison.

17 janvier, 2014

jag_bicik_21La Cordée vous invite à suivre J.A et G, tous deux atteints de la contagieuse et fulgurante maladie du vélo. Comme remède, ils ont décidé de s’injecter une bonne dose de kilométrage quotidiennement tout en s’hydratant avec l’eau de la cuvée locale. La Cordée les a trouvés inspirants et a décidé de les accompagner et de les soutenir dans leur traversée de l’Amérique du Nord à vélo, dans le but de sensibiliser les gens aux impacts environnementaux de l’eau embouteillée. 

20 septembre, 2013

Par Michèle Leclerc
Photos de Guillaume Dury

« Maman, je pense que je suis perdu… Je ne sais pas où je suis et mon cellulaire a presque plus de piles. »

Mon cœur fait trois bonds. Je dormais, mais à ses mots, mon réveil se fait instantanément. Assise dans mon lit, j’écoute attentivement mon fils aîné qui m’appelle du Panama. Il est perdu quelque part au sud de l’Amérique centrale, dans une forêt tropicale humide, à plusieurs heures de la capitale. Il veut se rendre dans une station de recherche scientifique pour y effectuer des observations sur un groupe d’insectes. L’autobus public l’a déposé au milieu de nulle part. D’où il est, il ne voit aucune trace de vie humaine.