Cocotte Équipement : Zoom sur une entreprise locale

Compte-rendu par Danielle Vibien

Une porte blanche donnant sur une ruelle du Plateau, une adresse civique, le nom, le logo en petit format. C’est tout. On sonne. Patric Meunier et sa conjointe Jasmine Lachance nous attendent en haut d’un escalier en bois vétuste qui craque sous nos pas. Ça sent le vécu. Un genre de loft divisé en deux pièces, au deuxième. Mercedes, la seule employée sur place, coud un Alfredo en souriant. L’aiguille de sa machine à coudre roule à pleine cadence. Ses gestes sont précis. Je parle ici de maîtrise. Ce que je vois invite au respect.

Jasmine est aussi assise devant sa machine à coudre. « La force de production compte deux personnes? » « Non, une de mes employées, Caroline, a quitté Montréal pour aller s’installer à Victoriaville et elle travaille de chez elle à produire nos sacs. Donc, trois personnes? Non, il faut me compter moi aussi. On est donc quatre et à l’occasion, cinq. »

Mon collègue Yan qui prendra des photos et moi passons dans la deuxième pièce. Patric nous suit.

Une table de coupe avec une scie à ruban, quelques rouleaux de tissu accotés au mur presque vides. « C’est normal, c’est la fin du mois » nous dit Patric. Des étagères toutes simples en pin avec tout au plus une douzaine de sacs prêts à être livrés posés dessus. Une cuisinette attenante, des chaises disparates. « Voulez-vous un café? Non? Ben moi je m’en fais un. »

« Patric, votre entrepôt se trouve à l’étage du dessous? Non, je n’ai pas d’entrepôt. Nous produisons, nous livrons. Ça, c’est ma petite pile de boîtes pour l’expédition. »

COCOTTE PLEIN AIR (aujourd’hui, COCOTTE EQUIPEMENT) a été fondée en 1993 par Jasmine Lachance. Patric Meunier s’y est joint par la suite en 97-98. « J’ai vécu dans la shop six ans tout en faisant des déjeuners chez Mme Bolduc ou en travaillant chez De fil en montagne. Patric a repris les rênes lorsque j’ai décidé d’aller travailler au Cirque du Soleil. »

Je lève ici mon chapeau aux couples qui réussissent à être conjoints de vie, entrepreneurs, et partenaires d’affaires!

Mission première : produire le sac Alfredo pour les compagnies de messagerie montréalaises. Un sac de courrier à vélo en CORDURA, solide, durable, aux couleurs classiques, à un prix de revient viable, car ça, Patric et Jasmine l’ont toujours voulu : garder la production locale à tout prix. Et encore aujourd’hui, ils y parviennent.

À l’époque, pas de site web, mais en se proposant comme commanditaire d’un événement annuel comme le CMWC : CYCLE MESSENGER WORLD CHAMPIONSHIP, l’entreprise a acquis une solide notoriété. Aujourd’hui, côté marketing : un site web de base, sans fla-flas, et pour le reste… du bouche-à-oreille, sans plus.

Quand un produit se vend bien, pourquoi ne pas élargir l’offre? Ainsi des modèles plus compacts ont vu le jour comme le Fred et le Frida (pour elle). Avec ces ajouts, le client type devient monsieur et madame tout le monde, et non uniquement le messager ou l’usager qui veut traîner son bureau à l’épaule!

Pendant notre entretien, Patric met entre mes mains le sac de taille Pedro. Je n’avais jamais porté attention à ce produit pourtant visible sur leur site web. « À l’époque, j’ai produit des centaines d’unités qui se sont rapidement retrouvées en polyvalentes », raconte Patric. Coup de publicité sans frais si ça se trouve, car les parents le savent, difficile de résister à l’argument : « maman, tout le monde en a un à l’école… » Du coup, j’ai personnellement trouvé ce sac sympathique. J’ai choisi de l’intégrer à notre collection. Date prévue sur nos planchers chez La Cordée, début août.

Quand une entreprise a du succès, il convient de se poser la question : doit-on voir plus grand? Prendre de l’expansion? Développer de nouveaux marchés? Produire de nouveaux modèles aux couleurs tendances?

Patric et Jasmine y ont pensé. Former une main-d’œuvre qualifiée qui va demeurer au sein de l’équipe à long terme demande du temps, beaucoup de temps, et de l’énergie et demeure un de leurs grands défis. À une époque où tout change et tout tourne de plus en plus vite, COCOTTE EQUIPEMENT demeure intègre à ses valeurs. Patric m’explique : je choisis mes détaillants et suis soucieux de la situation géographique de chacun.

« J’aimerais bien que nos sacs soient distribués dans l’Ouest canadien, mais les anglophones à l’autre bout de notre beau pays, qui ne connaissent pas la marque et qui prononcent un peu de travers : “COCOAT? No, never heard of it…” ne sont pas encore vendus à l’idée. » Pourtant, il suffirait de tomber en amour avec les bonnes valeurs de vie et de consommation…

Et si Jasmine et Patric ont encore beaucoup de travail devant eux, ils peuvent être fiers du chemin parcouru. « Aujourd’hui, l’électronique a une espérance de vie d’à peine deux ans avant que les compagnies ne vous poussent à acheter la toute dernière version dite améliorée. Le réfrigérateur que je viens d’acheter ne durera guère plus de cinq ans m’a dit le vendeur en souriant… »

COCOTTE EQUIPEMENT®, un produit haut de gamme à prix abordable fabriqué à Montréal.

Bien conçu. Robuste. Fonctionnel. Utilitaire. Écologique par sa durabilité. Universel. Intemporel.

Alfredo, Fred, Frida, Pedro. Quatre produits, huit couleurs, quatre à six semaines de délais requis pour produire et livrer, c’est une recette qui fonctionne.

Porter un sac COCOTTE, c’est appuyer fièrement les mêmes valeurs que ses créateurs, comme l’appréciation du travail bien fait et la pérennité d’un produit de consommation.

Merci pour la visite des lieux et le temps accordé. Je me suis imprégnée et je reste marquée.

Longue vie à COCOTTE EQUIPEMENT!

Cocotte Équipement : Zoom sur une entreprise locale
3 votes
Partager ce billet de blogue