Cyclotourisme : de sacs à musettes

Deux sacoches, quatre sacoches?
Imperméables?
Vingt litres, quarante litres?
Un sac au guidon?
Un sac de selle, un sac de cadre?
Peut-être les deux?

Les questions sont nombreuses et les éléments à prendre en considération sont multiples lors de planification d’un voyage de cyclotourisme. Toutefois, gardez en tête que tous les choix sont bons lorsqu’il vient le temps de mélanger tourisme et vélo.

Le choix de votre monture sera le premier critère à évaluer. Si votre vélo est spécialement conçu pour le cyclotourisme, toutes les possibilités s’ouvrent à vous.


Toutefois, si vous souhaitez utiliser votre vélo de route, votre fat bike ou encore votre vélo de montagne à double suspension (ou tout autre vélo dépourvu de points d’ancrage pour porte-bagages) les choix seront plus limités.

Au-delà du matériel, c’est le type de voyage que vous accomplirez qui sera vecteur du choix des sacoches. Partez-vous en autonomie pendant une longue période de temps? Ferez-vous des sorties de quelques jours seulement? Amènerez-vous sac de couchage, tente et tout le tralala de camping?

Cyclotourisme classique

Loaded touring bicycleNormalement, en cyclotourisme, c’est la recherche de la solution la plus légère qui prime. Pourtant, si vous partez en voyage longtemps ou en autonomie, le poids total de vos bagages sera généralement assez élevé. Il faut donc choisir judicieusement votre équipement et la manière dont vous transporterez le tout.

Si vous possédez un vélo de cyclotourisme, alors la solution la plus simple, et probablement la plus efficace, est le système à quatre sacoches. Il faut alors installer deux porte-bagages, l’un à l’avant et l’autre à l’arrière. Si vous avez du matériel plus volumineux, comme une tente ou un tapis de sol, attachez-les simplement sur la plateforme de votre porte-bagages arrière.

Si vous partez longtemps, les sacoches imperméables sont un must, les sacs Ortlieb sont 100% imperméables. Arkel propose des sacoches imperméables et des sacoches résistantes à l’eau. Pour ces dernières, la marque propose des housses imperméables jaunes qui augmentent du même coup votre visibilité sur la route.

Au-delà de l’imperméabilité, quelles sont les différences entre les marques Arkel et Ortlieb?

logo-arkel-2x

Ortlieb2

Principalement, elle se trouve du côté organisationnel. Les sacoches Arkel sont dotées d’une plus grande quantité de poches et de compartiments internes. Des pochettes externes permettent aussi d’avoir à porter de main des grignotines et des outils de vélo, par exemple.

Les sacoches Ortlieb, quant à elles, ressemblent plus à des sacs nautiques dotés d’un support pour un porte-bagages. La plupart de leurs modèles offrent moins de possibilités d’organisation, mais, à qualité et volume similaires, sont un peu plus légères que les sacoches Arkel.

Vous partez en cyclotourisme, une journée, deux journées? Pour les voyages plus courts, équipez-vous simplement des sacoches arrière de votre ensemble de sacoches. Et pourquoi ne pas utiliser l’une des solutions sans porte-bagages qu’on vous propose dans la prochaine section?

brooks-panniersVous aimez le look rétro des selles Brooks England? Ce sont parmi les selles favorites des cyclotouristes du monde entier. Eh bien, Brooks offre aussi des sacoches : le modèle de sacoches arrière Suffolk, et les sacoches avant Norfolk. Des sacoches utilitaires avec un look d’enfer.

Cyclodifférent

brettdavisVotre vélo n’est pas équipé de points d’ancrage pour porte-bagages? Pas de problème. Avec l’arrivée en force d’une nouvelle discipline de cyclotourisme, le bikepacking, les styles de sacs pour vélos se sont multipliés.

Des marques comme Revelate Designs, Blackburn et Arkel se sont lancées dans la fabrication de sacs de selle surdimensionnés. Ces sacs permettent de transporter une bonne quantité de matériel sur des vélos qui ne sont pas dotés de points d’ancrage pour porte-bagages, comme les vélos de route, ou les vélos hors normes, comme les fat bike et vélo de montagne double suspension.

Ces mêmes compagnies offrent aussi des sacs de cadre, qui permettent de stocker son équipement à l’intérieur même du triangle principal de son vélo.

Évidemment, les sacs de guidons sont aussi une solution intéressante, et le nombre d’options est toujours grandissant chez nos quatre grandes marques de sacoches pour vélo.

Qu’en est-il des possibles points négatifs des sacs de bikepacking? L’espace disponible est plus limité. Si vous souhaitez transporter tout votre matériel de camping, il vous faudra choisir l’équipement le plus compressible possible. Et souvent, qui dit plus léger dit plus cher.

La gravité contre tous

Photo : QBP et Linda Guerrette
Photo : QBP et Linda Guerrette

Lorsqu’il vient temps d’organiser son matériel dans ces sacoches, il faut tenir en compte l’effet que le poids de celles-ci auront sur la conduite de notre vélo. Sans surprise, plus le poids du vélo est concentré à l’avant plus la conduite est difficile.

Ainsi, si c’est possible pour vous, les choses les plus légères sont à mettre à l’avant du vélo, soit dans des sacoches ou dans un sac de guidon.

Suivant la même logique, les éléments les plus lourds de votre équipement devraient se retrouver le plus près du sol. Pour cette raison, plusieurs cyclistes optent pour un porte-bagages avant de type low rider, qui s’installe à mi-roue, afin d’abaisser le centre de gravité du bolide. Et même s’il existe des sacs de guidon assez volumineux, l’idéal est de garder un sac de guidon le plus petit possible afin d’éviter toute difficulté au niveau de la conduite de son vélo.

 


Logo-LaCordée-Boutique
Curieux? Vous avez besoin de conseils supplémentaires? Il vous reste des interrogations? Nos conseillers ont des centaines de kilomètres de cyclotourisme derrière la cravate.
Si vous souhaitez découvrir la gamme complète de sacoches et d’accessoires de la marque Revelate Designs, c’est à La Cordée Boutique que ça se passe, notre boutique spécialisée en bikepacking.
Cyclotourisme : de sacs à musettes
5 votes
Partager ce billet de blogue