Intro aux voyages de ski en autonomie dans les Alpes : les subtilités de la météo – Partie 2 de 4

Les Alpes : terrain de jeu centenaire des passionnés de montagne. Evans Parent, skieur émérite et chasseur de poudreuse, collabore cette année avec La Cordée et nous présente ses précieux conseils pour profiter au maximum de cette chaîne de montagnes gigantesque. À travers pas moins de huit pays, mais principalement la France, la Suisse, l’Italie et l’Autriche, Evans nous livre le savoir tiré de son expérience européenne.

Un guide en quatre parties à paraître en novembre 2017.

Par Evans Parent

Direction des systèmes météo

Selon l’origine des tempêtes, les précipitations varient grandement. Normalement, les tempêtes déversent la majorité de leur neige sur les premières montagnes qu’elles rencontrent.

Par conséquent, une tempête qui arriverait du nord laisserait nécessairement sa neige sur les montagnes des Alpes du Nord (Suisse et Autriche). Une tempête qui arriverait du nord-ouest arroserait abondamment le massif du mont Blanc. Une tempête de l’ouest toucherait les grandes stations de France, et une tempête de l’est arroserait nécessairement plus l’Italie et les montagnes françaises situées à la frontière avec l’Italie.

L’orientation plus précise des vallées a aussi une grande importance. Il ne faut pas s’étonner qu’une station reçoive deux fois plus de neige qu’une station située tout juste à côté.

Il faut vraiment voir les tempêtes de neige sur les Alpes comme une vague qui rencontre un tas de cailloux sur la plage. Les premières roches qui se font arroser sont nécessairement plus mouillées que celles situées plus loin. Si la vague n’est pas très grosse, il est possible que la vague ne réussisse pas à passer par-dessus les premières roches et que les roches situées derrière restent complètement sèches.

Selon l’orientation des vagues, ce n’est pas toujours les mêmes roches qui sont le plus mouillées ou qui restent sèches. Aussi, l’eau ne se rend pas toujours aussi loin d’une fois à l’autre.

Les modèles météo prennent parfois en compte cette variable. Il arrive par contre qu’elle soit négligée et que la neige ne se rende pas en fond de vallée lorsqu’un système météo n’est pas très puissant.

La neige accumulée

Ça me fascine qu’il y ait tant de sites qui font des prévisions sur la neige qui devrait tomber et qu’il soit aussi difficile de trouver facilement l’information par rapport à la neige qui est réellement tombée!

Les skieurs européens n’étant pas aussi attirés par le nombre de centimètres de neige froide que leurs collègues nord-américains, les stations ne mettent pas nécessairement l’accent à rapporter les quantités de neige qui sont tombées dernièrement.

Un des meilleurs graphiques que j’ai trouvés est celui de l’Institut pour l’étude de la neige et des avalanches suisse. Ce site présente la quantité de neige au sol en Suisse. Comme ce pays est situé en plein cœur de l’arc alpin, il est possible de se faire une idée générale de la quantité moyenne de neige qui recouvre le sol.

Le site SkiPass présente aussi les précipitations des derniers jours, station par station, pour les différentes stations françaises, mais dans un format un peu moins convivial.

Sites de prévisions météo

Il y a un site qui suit les tempêtes de neige et qui fait des prévisions. WePowder émet des alertes à toutes les fois qu’un système dépressionnaire se forme et offre une possibilité de déverser de la neige sur les Alpes.

Les prévisions sont initialement faites alors que les systèmes dépressionnaires se forment en mer et sont précisées alors que la tempête se rapproche des montagnes. En plus des prévisions météo, ce site présente plusieurs stations de ski intéressantes du point de vue du ski de poudreuse ainsi que des liens pour obtenir les prévisions d’avalanche pour les différentes stations présentées sur leur site, des itinéraires de ski hors-piste à partir des remontées (slackcountry), ainsi qu’un historique de la météo des derniers jours.

Les prévisions sont normalement du côté optimiste. Il arrive relativement souvent que les précipitations soient moindres que ce qui est annoncé et même lorsque les chutes de neige ne sont pas spectaculaires, le rédacteur du bulletin météo trouve toujours le moyen de voir la situation sous son meilleur jour possible.

De par la quantité d’information disponible sur ce site, le fait qu’il couvre plusieurs pays d’un seul coup d’œil et du fait que l’information est disponible en anglais ainsi qu’en français en fait un excellent point de départ pour le skieur en roadtrip.

Le site Powderguide est un équivalent version allemande de WePowder, à la différence que les prévisions sont normalement un peu moins généreuses. Bien qu’il soit possible de consulter une partie du site grâce à Google Translate, son format fait en sorte qu’il y a beaucoup d’information qui n’est pas traduite facilement, ce qui rend son utilisation moins facile pour ceux et celles qui ne parlent pas allemand!

Les sites Snow Forecast et MeteoExploration présentent aussi une carte des Alpes où on peut voir où le plus de neige est annoncée.

Une fois la destination choisie, l’idéal est de suivre l’évolution de la météo dès le début de la saison. Non seulement vous aurez une bonne idée des conditions à votre arrivée, mais vous connaîtrez l’évolution du manteau neigeux et des répercussions sur les conditions d’avalanche.

Foehn

Le foehn est un principe météo relativement répandu. Je vais laisser Wikipédia vous donner l’ensemble de la définition. Ce qui est important à retenir est que lorsqu’il y a un foehn, il y aura un côté de la chaîne de montagnes qui va recevra des précipitations sous forme de neige froide alors que de l’autre côté, un fort vent chaud sans précipitation sera au rendez-vous. Ce phénomène est relativement fréquent dans les Alpes sur le versant sud lorsque les systèmes viennent du nord, et vice-versa.

Inutile de spécifier de quel côté vous voulez vous trouver!

Visibilité

La distribution de la neige varie donc de façon presque proportionnelle avec l’altitude. Plus on monte, plus il y en a! Cette situation fait en sorte que les plus belles options de ski nécessitent pratiquement toujours de prendre de l’altitude avant d’avoir un couvert neigeux suffisant pour skier.

Puisque les plus belles options de ski dans les Alpes sont principalement en milieu alpin, les arbres ne sont pas très présents. En cas de tempête de neige ou tout simplement d’un épais nuage, il devient alors très difficile de s’orienter. Quiconque a déjà essayé de skier dans un whiteout (ou conditions blanches) sait à quel point c’est difficile, pour ne pas dire désagréable!

Ça peut sembler contre-intuitif, mais souvent, lorsqu’il neige, ce n’est pas le meilleur temps pour aller skier! J’ai fini par comprendre pourquoi les Français aiment autant skier lorsqu’il fait « Grand Bleu ».

Regarder constamment ses spatules parce que c’est l’unique point de référence qui n’est pas complètement blanc n’est pas la meilleure façon de profiter d’une descente!

Il faut alors regarder les cartes des pistes pour voir s’il existe des options de ski intéressantes qui ne sont pas trop élevées en altitude. Les cartes des pistes sont pratiquement toujours disponibles sur le site SnowForecast qui regroupe, en plus des prévisions de précipitation, des statistiques sur une quantité phénoménale de stations de ski.

La visibilité est aussi primordiale lorsqu’il est question de s’aventurer en ski hors-piste. Lorsqu’on ne voit pas ce qui nous entoure, il est difficile d’éviter les pentes de plus de 30 degrés, inclinaison à laquelle les risques d’avalanche deviennent très importants.

Neige et vent

Lorsqu’il neige dans les Alpes, il peut neiger de façon complètement démentielle! Il n’est pas rare d’avoir des précipitations de plus d’un mètre de neige en altitude en une seule tempête.

La quantité et la qualité de la neige varient de façon importante avec l’altitude. À moins de conditions venteuses, plus vous êtes haut, plus la neige est belle et abondante.

Le vent, lorsqu’il n’est pas trop puissant, peut être une véritable bénédiction puisqu’il transportera de petites quantités de neige vers certains endroits qui seront très recherchés des skieurs. Par contre, lors qu’il vente fort, le vent a tendance à durcir la neige et à créer une croûte pas très agréable à skier.

Il se peut que suite à une tempête qui aurait été accompagnée de forts vents que les plus belles conditions de ski ne se retrouvent pas nécessairement en altitude.

Tant en ski hors-piste qu’en station, restez attentifs et regardez la texture de la neige et essayez d’identifier les endroits où elle varie. Vous serez alors capable d’éviter les endroits où le vent aura trop transformé la neige.

Conclusion

Ça fait plusieurs facteurs à considérer pour optimiser vos chances d’avoir une journée de ski épique, mais le plus important est de sortir et d’aller voir concrètement les conditions de ski. J’ai été beaucoup plus souvent impressionné que déçu par les conditions de ski!

Evans Parent souhaite remercier ses commanditaires : Outdoor Research, Scarpa, Xalibu Skis, Gregory et Rottefella

Intro aux voyages de ski en autonomie dans les Alpes : les subtilités de la météo – Partie 2 de 4
4 votes
The following two tabs change content below.
Author Image
Originaire de La Tuque, Evans chausse des skis pour la première fois à l’âge de deux ans. Puis, en 2005, fraîchement gradué, il décide d’aller goûter, avec deux de ses amis, à la fameuse poudreuse de la Colombie-Britannique à bord de sa vieille Subaru. Il tombe sous le charme de ce mode de vie et part à la chasse à la poudreuse dans toute l’Amérique du Nord, avant de faire du monde, son terrain de jeu blanc.
Partager ce billet de blogue