La bosse du chameau

Pour plusieurs d’entre vous, les vacances sont terminées. L’été s’achève. Toutefois, à La Cordée, on sait comment faire durer le plaisir. Quelques employés se sont réunis pour passer une journée en randonnée pédestre au mont Camel’s Hump dans le Vermont. Leur simple escapade se sera transformée en une journée plus que mémorable et pleine de péripéties. Voici leur récit suivi de quelques suggestions pour partir vous-même à l’aventure cet automne.

Camel'sHumps-5Le groupe, composé de douze employés, s’est levé au petit matin pour se rendre au Vermont. L’objectif? Quitter le stationnement du mont Camel’s Hump à 9 h pour profiter au maximum de la journée dans les bois. La randonnée a lieu un mercredi (ça coupe la semaine de travail!), la météo est merveilleuse et pour plusieurs c’est une première fois à cette montagne du Vermont d’une hauteur de 1244 mètres.

Alors qu’au Québec les gens commencent à travailler, dans le stationnement situé au début des sentiers, les adeptes de randonnées arrivent en grand. Les employés de La Cordée se rassemblent et planifient leur randonnée. Selon les conseils d’un expert de la montagne, ils doivent emprunter la route la plus difficile vers le sommet, pour redescendre par le côté moins abrupt. Une boucle qui devrait prendre six heures de marche. Il est tôt le matin, plusieurs se sont levés avant même que le soleil ne se pointe le bout du nez; évidemment, un peu endormis, les marcheurs se trompent dans les sages conseils de leur guide et font la boucle à l’envers.

L’ascension par le sentier Monroe Trail, d’une longueur de 2,1 km se passe sans encombre. Les randonneurs se réveillent pour de bon et constatent leur chance d’être dans les bois en cette belle journée de fin d’été. Une fois à l’intersection, ils notent enfin leur erreur de parcours, mais bon, ça fait partie du jeu. En moins de deux heures, la troupe arrive au sommet. La tête littéralement dans les nuages, ils profitent d’une bonne pause pour manger! Un petit déjeuner à 6 h du matin, ça donne une faim de loup, surtout après avoir monté la bosse d’un chameau (Camel’s Hump).

Bien entendu, entre deux bouchées de sushi pour les uns et de sandwichs pour les autres, les employés cordéens discutent de leurs lieux favoris pour s’évader en nature. Si le sommet où ils se trouvent se joint à notre liste, tous sont d’accord pour dire que le Québec compte son lot de belles randonnées : « on l’a l’affaire au Québec! » Tout au long de la marche, l’un des randonneurs, adepte de photographie, capture les moments magiques et la beauté des sentiers. Au sommet, entre le vent et le soleil, c’est la joie et la fierté qu’il fige sur de magnifiques photos.

Petite note pour tous ceux qui un jour atteindront des sommets comme celui du Camel’s Hump : respectez l’écosystème. Entre les roches se trouvent plusieurs étendues d’herbes alpines. Si vous posez le pied dessus, elles s’affaisseront pour ensuite mourir lentement. Ces petits brins d’herbe sont rares et précieux, respectez l’environnement et ne laissez aucune trace de votre passage. Suivez les marques blanches tracées sur le sol; elles vous éviteront de vous écarter du chemin et par le fait même d’abîmer la flore.

Après la séance photo, la compagnie de randonneurs est bien revigorée. Elle prend la décision de revenir au point de départ par le chemin qu’elle devait emprunter au tout début soit le Long Trail. Alors que, par moment, la descente ressemble plus à de la décalade qu’à une simple marche dans les bois, la vue est tout simplement grandiose. Le chemin, bien que technique, est formidable. Les randonneurs se félicitent de leur erreur de début journée et descendent en profitant du soleil qui les réchauffe après leur longue pause au sommet.

Dans la descente, le groupe se sépare en deux. Les plus rapides arrivent au bas de la montagne et dans leur attente, explorent un peu… En sueur, mais toujours pleins d’énergie, ils découvrent un ruisseau au courant assez fort pour créer le rêve de tout randonneur en fin de journée : un bassin d’eau fraîche dans lequel se lancer. Après s’être assuré qu’il n’y avait aucun danger ou restriction à se mouiller, les employés se jettent à l’eau. L’un d’entre eux, obnubilé par l’idée de nager, se lance avec ses lunettes sur le nez… Pas besoin de dire qu’il ne les a pas retrouvées. N’oubliez jamais d’enlever vos accessoires avant de sauter à l’eau! Si vous portez des lunettes, dans les bois, c’est une bonne idée de les attacher avec une cordelette prévue à cet effet.

Camel'sHumps-107Heureusement, la randonnée tirait à sa fin et l’équipe est à deux pas des voitures. Malgré la perte des lunettes, le moral des employés ne faillit pas. Impossible de gâcher une aussi belle journée, direz-vous? En arrivant aux voitures, les employés constatent que l’une d’entre elles a été vandalisée. La vitre du conducteur est complètement éclatée.

En vérifiant attentivement, il ne manque rien dans la voiture d’autre que la sacoche (vidée avant la randonnée). L’objet convoité par les voleurs se trouvait entre les deux sièges avant, à la vue de tous. N’aidant pas à la cause, un trousseau de clés (pas celle de la voiture, heureusement) était également à la vue ainsi qu’un sac vide d’appareil photo. Dans le stationnement de La Cordée à Montréal, une affiche rappelle au client de ne rien laisser à la vue dans une voiture pour prévenir les vols. Une suggestion valide partout, en ville comme dans le fin fond des bois.

Petite mésaventure rime avec grosse consolation autour d’une bière et d’un hamburger avant de revenir vers le Québec le vent dans le toupet pour les passagères de la voiture vandalisée.

En rando, ça parle de rando : En savoir plus et autres suggestions 

Camel'sHumps-63Rando d’eau et de chameau

Malgré la mésaventure de la voiture, Camel’s Hump reste une des destinations à visiter durant l’automne. À égalité avec le mont Ellen, c’est la troisième plus haute montagne du Vermont. Son sommet dénudé offre une vue imprenable dans toutes les directions. D’un côté les Adirondacks, le lac Champlain… S’il fait beau peut-être décernerez-vous à l’horizon le mont Washington? La Cordée s’y est rendu avant la saison aux flamboyantes couleurs, mais n’hésitez pas à y aller plus tard en septembre ou en octobre. C’est une randonnée intermédiaire qui se fait très bien en une journée, six heures de marche. La montagne a été bien protégée et n’a subi aucun aménagement autre que ceux des sentiers pédestres. C’est le seul mont de plus de 1200 mètres du Vermont qui est aussi sauvage. Respectez son écosystème, comme partout ailleurs. Pour plus d’information, consultez le site du parc, dans la langue de Shakespeare : http://www.vtstateparks.com/htm/camelshump.htm

Rando en masse de choix au Massif du Sud

Le Québec offre son lot de montagnes et de sentiers à découvrir. Par exemple, au Parc régional du Massif du Sud situé dans la région de Chaudière-Appalaches c’est 71 kilomètres de magnifiques réseaux pédestres où s’évader. Des chemins pour tous les goûts et tous les niveaux sauront satisfaire les randonneurs. Ajoutez à cela les couleurs de l’automne, et c’est une journée de rêve qui vous attend. Consultez le lien suivant pour trouver l’itinéraire qui vous convient : http://massifdusud.com/randonnee-pedestre/

Rando et oiseaux

En automne, qui dit randonnée pédestre dit, vues spectaculaires qu’offrent le sommet d’une montagne. Et si, au lieu de montagnes, vous alliez observer la faune, plus particulièrement les oies des neiges? Au mois d’octobre, préparez une escapade à cap Tourmente, à 60 kilomètres de Québec. C’est dans cette réserve faunique que les oies retrouvent leur aliment favori, c’est donc la meilleure place pour les observer. Un belvédère aménagé en haut d’une falaise de 150 mètres vous donne une vue saisissante sur le spectacle qu’offre la migration de ces grands oiseaux blancs. Curieux de voir les oies des neiges? Consultez le http://www.bonjourquebec.com/qc-fr/oiseaux.html pour plus de détails sur les endroits où les observer.

La bosse du chameau
15 votes
Partager ce billet de blogue