Le bonheur de rouler avant l’hiver

Si certains croient que la saison de vélo tire à sa fin, hé bien, détrompez-vous! L’arrivée de l’automne et de son air frais devrait vous donner un regain d’énergie pour enfourcher votre monture et pour mouliner en contemplant une saison stimulante pour les sens. Comme les journées ensoleillées sont encore nombreuses, profitez-en pour admirer les beautés de la nature tout en aérant votre corps et votre esprit. Pour vous donner le goût de mettre le bout du mollet dehors, les passionnés de vélo de route de La Cordée vous partagent pourquoi et comment ils aiment rouler l’automne.

LC : Comment s’habiller pour une journée complète de vélo?

R : Les matins d’automne sont souvent un peu frais, mais les journées sont encore chaudes. Je trouve que le système multicouche devient alors une option à privilégier pour assurer mon confort durant toute la journée. Ça me permet de modifier mon habillement en fonction de la température et du degré d’effort que je fournis durant la sortie.

 

LC : Rouler l’automne c’est…

R : Un grand bal vivifiant pour les sens. J’adore le mélange des parfums de terre humide, de feuilles mortes et de champignons qui côtoie les couleurs flamboyantes des arbres et du tapis qu’elles forment sur le sol. D’autant plus qu’à l’automne, les moustiques sont beaucoup moins nombreux qu’au printemps. Donc, moins de risque d’en avaler ou de se faire piquer à l’heure de la pause du midi.

R : Un mélange d’air frais et de soleil qui réchauffe ma peau juste ce qu’il faut.

LC : Où rouler pour en profiter?

R : Moi, je choisis une destination où les forêts sont remplies de feuillus pour profiter au maximum des couleurs. Sauf que je reste vigilant parce que l’odorant tapis de feuilles mortes devient souvent très glissant après une ondée.

LC : Ne partez pas sans eux!

R : J’essaie de multiplier les accessoires fluo et les couleurs vives. Ils reviennent à la mode et assurent ma visibilité, surtout en début et en fin de journée. Pour ma sécurité, j’essaie d’éviter de m’habiller de la même couleur que les feuilles pour être certain qu’on m’aperçoive de loin.

sandwichR : En fin de saison, j’ai expérimenté toutes les saveurs de barres énergétiques et j’ai envie de manger un vrai repas. Comme les températures sont plus fraîches et que les aliments se conservent un peu plus longtemps, j’apporte un vrai sandwich jambon et beurre dans mon maillot de vélo. Ça semble banal, mais ça devient un vrai délice à l’heure du dîner.

ThermosR : Je troque une de mes bouteilles d’eau pour une bouteille thermos. Avant de partir, j’y mets un thé bien chaud avec un peu de miel. Les périodes d’arrêt ont quelque chose de réconfortant quand je m’arrête pour observer les couleurs en buvant mon breuvage chaud. Bon, c’est sûr que si j’attends six heures avant de le boire, il va être un peu tiède, mais ça fait changement de l’eau avec des électrolytes.

LumieresR : Comme la lumière décline rapidement en fin de journée, je fais un effort supplémentaire pour demeurer visible. J’installe mes lumières clignotantes et je les laisse en permanence sur mon vélo jusqu’à la fin de la saison. Durant les journées sombres et grises, j’allume mes lumières toute la journée.

embrocationR : Quand les températures approchent du point de congélation, je mets un peu de crème d’embrocation sur les muscles les plus sollicités en vélo. La crème apporte à la peau une chaleur semblable à celle du Tiger Balm et elle réchauffe les muscles pendant une longue période. Il faut juste faire attention de ne pas confondre la crème d’embrocation et la crème de chamois offertes toutes les deux par le fabricant Eurostyle. Elles se présentent dans des pots très semblables, mais la confusion pourrait vous mettre le feu au …

Rien ne pourrait mieux vous convaincre du bonheur de sillonner les routes à vélo pendant l’automne qu’un essai, une fois bien équipé. Si vous faites partie des cyclistes de route qui savent qu’il faut profiter de la saison des couleurs pour enfourcher votre monture, alors peut-être avez-vous d’autres raisons de rouler ou d’autres trucs à partager. Nous sommes curieux de connaître votre expérience : osez nous en parler ou en discuter ci-bas.

Le bonheur de rouler avant l’hiver
5 votes