Performer grâce au yoga ?

Découvrez un texte nous venant du centre d’escalade et de yoga Zéro Gravité, un endroit idéal pour ceux qui voudraient compléter leur pratique sportive afin d’acquérir une meilleure harmonie et une plus grande souplesse.

Trouvez l’équilibre à travers votre pratique sportive !

Sur la ligne de départ, tous les athlètes sont égaux : une discipline de fer, un entraînement rodé au quart de tour, une alimentation personnalisée. Et pourtant, un seul remportera la compétition. Qu’il s’agisse d’un grimpeur, d’un triathlonien, d’un kayakiste ou d’un skieur, la concentration et la capacité de bien gérer le stress jouent assurément un rôle le jour J. Les sportifs et les entraîneurs semblent de plus en plus nombreux à intégrer le yoga comme approche somatique dans leur routine. Un art de vivre millénaire qui, pourtant à l’antithèse de la compétition, permet aux athlètes de développer leur plein potentiel.

Bien qu’à l’origine le yoga constituait une interprétation du monde plutôt qu’un florilège de postures comme il en existe aujourd’hui, cette discipline indienne, même transformée, voire édulcorée pour certains, constitue une richesse incroyable. Au cœur de la pratique, les postures, les techniques de respiration, les exercices de visualisation et la méditation, tout comme les fondements philosophiques, visent à induire un état d’unité entre le corps et l’esprit.

 

Photo : Wikipedia CC
Photo : Wikipedia CC

La maîtrise du corps

Chez le sportif de haut niveau, les asanas aident à améliorer la performance physique. Les poses tenues permettent, c’est bien connu, de gagner en flexibilité, mais aussi de favoriser la mobilité des articulations et l’irrigation des tissus. Pour celui qui aspire à une plus grande conscience corporelle, le yoga contribue également au développement d’une posture saine et équilibrée.

Plusieurs disciplines comme l’aviron de pointe créent des déséquilibres posturaux en surmusclant un côté ou une partie du corps. Lors d’une séance de yoga, la droite et la gauche sont stimulées équitablement, sans compter qu’un travail des muscles stabilisateurs améliore considérablement l’équilibre.

Dans des styles plus dynamiques de yoga, comme l’ashtanga ou le vinyasa, les enchaînements, dont la difficulté augmente graduellement, demandent une bonne coordination et une précision dans les mouvements. De plus, une sollicitation des muscles profonds et une conscience de la respiration permettent d’accroître l’endurance de l’athlète.

 

Le souffle, allié d’une récupération optimale

yoga-largeJacinthe Labelle a complété son premier demi-Ironman l’an dernier. Il y a quelques années, elle a décidé d’intégrer le yoga à son entraînement une à deux fois par semaine : « Je prends maintenant le temps de me détendre et de m’étirer, ce que je ne faisais tout simplement pas après le sport. Je reviens à l’essentiel ».

Malheureusement, certains athlètes découvrent parfois le yoga après une blessure. Le tapis apparaît alors comme un passage obligé pour guérir. S’avérant à la fois une source de joie lorsqu’un mouvement devient plus ample ou que la douleur s’estompe ; et à la fois une source de frustration, voire de dépression, lorsque le membre blessé nous rappelle de prendre notre temps.

À travers une approche thérapeutique, on peut même libérer les tissus et les muscles qui entourent une blessure. Ceci a pour effet d’accélérer la guérison, et à long terme, de prévenir les traumatismes en gardant une conscience accrue de son corps et en créant de nouvelles habitudes posturales et respiratoires.

 

Entre le repos et l’effort

Photo : Wikipedia CC
Photo : Wikipedia CC

L’attitude de non-compétitivité véhiculée par le yoga n’est pas contraire à l’esprit sportif. Elle encourage à tourner le regard vers l’intérieur et à laisser l’ego de côté. En reconnectant avec les sensations et les raisons profondes qui l’amènent à se perfectionner, l’athlète se révèle avec authenticité, respect et intégrité. C’est en revenant au moment présent que le surfeur, le grimpeur ou le cycliste trouve davantage de plaisir et de satisfaction dans la pratique de sa discipline.

Des techniques de concentration, de visualisation et de méditation favoriseront une clarté mentale et émotionnelle presque immédiate pour celui qui se retrouve en situation de compétition. L’athlète qui parvient à gérer son stress et à focaliser sur son objectif aura rapidement une longueur d’avance sur son adversaire.

VerticalLa capacité à se reposer et à se détendre est essentielle à une bonne performance. C’est pourquoi savasana (lien en anglais) ou la posture de relaxation finale ne doit pas être esquivée ; le sportif gagnera à apprécier l’espace, le vide et le silence. L’idée n’est pas de s’endormir, mais plutôt de décontracter le corps et l’esprit tout en demeurant conscient. Relâchement, abandon, confiance… un défi pour celui qui doit souvent tout maîtriser!

 

Une transformation globale

Finalement, un engagement sur le chemin du yoga mène inévitablement à des transformations en tant qu’athlète, mais surtout en tant qu’être humain. C’est à travers ce travail constant sur soi que sont révélés les conditionnements qui, une fois exposés, nous conduisent vers une plus grande liberté.

 

 

 

Performer grâce au yoga ?
9 votes
Partager ce billet de blogue