Rouler sous un soleil de plomb

Pour plusieurs, les journées où le mercure du thermomètre est trop élevé est un facteur dissuasif pour prendre leur vélo et aller rouler. Lorsqu’une température supérieure à 27 °C est annoncée, ça peut faire fondre toute volonté et brûler le plaisir de pédaler. Toutefois, La Cordée pense qu’il est possible et même plaisant d’enfourcher sa monture sous un soleil ardent. Il suffit de bien se préparer. Mordus de vélo, voici quelques conseils pour attaquer les routes lorsqu’il fait chaud.

Header

Apprivoiser la chaleur

TempératureAvant même de penser à sortir votre vélo, il existe une astuce pour affronter les hautes températures : réduisez l’intensité de votre climatiseur. Pensez-y : si la température est glaciale à l’intérieur, votre premier pas à l’extérieur vous donnera l’impression d’entrer dans un four. Laissez votre corps apprivoiser la chaleur et vous serez plus confortable en vélo. De plus, cette acclimatation aux temps chauds vous sera bénéfique pour toutes vos autres activités en plein air.

Prévoir le coup

Jetez un œil aux prévisions météorologiques. Soyez informé des alertes à la canicule et vous éviterez les mésaventures comme le coup de chaleur*. Vous devez choisir le bon moment, mais aussi le bon endroit pour rouler. Évitez les itinéraires qui traversent des champs à perte de vue. Priorisez des trajets plus ombragés avec beaucoup de points de ravitaillement d’eau sur la route.

Rouler à midi, non merci!

MidiPour ceux qui désirent s’entraîner alors qu’il fait très chaud, roulez le matin tôt ou en soirée. Ces moments de la journée sont plus frais et vous permettront de pousser plus fort vos limites. Il est fortement déconseillé de rouler à haute intensité quand la température extérieure s’apparente à celle de l’intérieur d’un sauna finlandais. Quand le soleil est à son zénith, offrez-vous vous une pause sur une terrasse ombragée avec un grand verre de limonade. Il est tout à fait normal que vous ne performiez pas comme à l’habitude. Écoutez votre corps et respectez ses besoins. Si votre tolérance à la chaleur est moins grande que prévu, faites des pauses fréquemment.

Toujours plus eau

eauOn ne le dira jamais assez, la clé du succès quand on fait du sport, c’est l’hydratation. Et quand le mercure dépasse les 25 °C, c’est même une question de survie. Il ne faut pas attendre d’avoir soif pour boire, vous devriez même commencez avant de partir en vélo pour laisser une chance à votre métabolisme d’être bien hydraté dès les premiers coups de pédale.

Lors d’une étape du Tour de France (qui peut durer six heures, soit 250 km à des températures de 35 °C), un cycliste peut boire jusqu’à 12 bidons de 500 ml. Malgré ces six litres d’eau, certains coureurs se déshydratent quand même. Après tout, le corps est incapable de compenser pour la totalité des pertes d’eau. Boire régulièrement de petites gorgées d’eau ou de boisson contenant des électrolytes est une excellente habitude à prendre.

À l’opposé, boire de l’eau extrêmement froide est un penchant dont il faut se défaire. Mise à part une sensation agréable de fraîcheur lors de la première gorgée, cette pratique a un impact  plutôt négatif. En ingurgitant un liquide très froid, vous obligez votre corps à le réchauffer; encore plus de chaleur est donc produite par votre métabolisme. Il est préférable de ne pas congeler l’eau de vos bidons avant de partir.

Comme un des experts du vélo à La Cordée le dit si bien : « Quand l’eau est rendue trop chaude dans les bidons, c’est que vous n’avez pas assez bu! ». Prévoyez des sources de ravitaillement sur votre trajet. Restaurants ou commerces, personne ne devrait vous refuser de l’eau quand il fait chaud.

Se rafraîchir naturellement

TranspirationVotre corps utilise un peu le même principe qu’un réfrigérateur pour se garder au frais, il fait passer un fluide de l’état liquide à l’état gazeux absorbant ainsi les calories. En d’autres mots, la sueur qui s’évapore entraîne avec elle un peu de votre chaleur corporelle ce qui vous refroidit. Ne tentez pas de refréner cette défense naturelle du métabolisme. Au contraire, laissez votre corps transpirer en optant pour un désodorisant qui camoufle les odeurs plutôt qu’un antisudorifique qui vient boucher temporairement les conduits sudoripares essentiels à la sudation.

Quoi porter?

FanL’adage veut que les vêtements aux couleurs foncées attirent plus les rayons du soleil. De nos jours, avec les maillots de vélo aux tissus plus légers et aérés, c’est une règle qui peut facilement être contournée.

Prévoyez une crème solaire qui résiste bien à la sueur et appliquez-en régulièrement sur tout le corps, car ce ne sont pas tous les vêtements qui offrent une résistance aux rayons ultraviolets. Si vous voulez ne prendre aucune chance quand il est question de protéger votre peau, optez pour des manches et des jambières d’appoint. Aussi, une casquette de vélo ou un bandana se glissent très bien sous un casque pour prévenir les coups de soleil sur la tête et empêcher la sueur de vous glisser dans les yeux.

Alcool et café

boissonPour prévenir la déshydratation qui peut entraîner un coup de chaleur, évitez de boire du café avant votre sortie. Priorisez une bonne nuit de sommeil et ne roulez pas si la soirée de la veille a été bien arrosée. Vos sens doivent être aiguisés pour affronter une canicule.

Bon vélo!

À retenir :

  • – L’hydration se fait avant, pendant et après votre sortie de vélo.
  • – Écoutez votre corps et respectez-le pour prévenir les coups de chaleur.
  • – Profitez des moments où il fait plus frais : roulez tôt le matin ou en soirée.
  • – Ayez toujours de l’eau dans l’un de vos bidons.

 

* Coup de chaleur

Le coup de chaleur est aussi appelé fièvre thermique et insolation. Il se déclare lorsque la température de votre corps dépasse les 40 °C et peut vous frapper très rapidement. Soyez attentif aux symptômes suivants :

  • – une absence de transpiration;
  • – une peau rouge et chaude;
  • – un pouls rapide;
  • – une confusion ou perte de conscience.

Si vous ressentez l’un de ces symptômes, arrêtez tout effort physique. Réfugiez-vous à l’ombre ou dans un lieu frais et humidifiez-vous à l’aide de compresses d’eau froide. Soyez attentif aux signaux que vous envoie votre corps.

 

Rouler sous un soleil de plomb
9 votes