Survivre à l’hiver jusqu’aux extrémités

Quelques semaines avant l’arrivée des premiers flocons, La Cordée a publié la chronique « Survivre à l’hiver », qui mettait en lumière les avantages du système multicouche pour vous aider à choisir vos vêtements d’hiver. Toutefois, comme avoir un bon manteau chaud n’apporte pas toute la chaleur souhaitée si vous ne couvrez pas vos extrémités, voici comment le système multicouche peut également servir à protéger votre tête, vos mains et vos pieds.

Bref rappel des fonctions des différentes couches :

Couche de base

iconmain-base

Vous maintenir au sec en évacuant la transpiration.

Couche intermédiaire

iconmain-mid

Poursuivre l’évacuation de la transpiration vers l’extérieur et vous isoler du froid.

Couche externe

iconmain-out

Vous protéger des intempéries, telles que le vent, la neige et la pluie.

 

Tête Mains Pieds

Tête

têtesC’est la tête qui génère le plus de pertes thermiques. Il est donc primordial de la couvrir pour que votre corps conserve la chaleur qu’il produit. Plus qu’un accessoire esthétique, la tuque (ou le chapeau) permet à votre flux sanguin de se concentrer à réchauffer votre corps plutôt qu’à compenser la chaleur perdue par la tête.

Couche de base :

Cette couche est particulièrement importante lorsque vous faites des sports aérobiques. Elle permet d’évacuer votre transpiration pour vous maintenir au sec. Notez que lorsque vous partez pour une longue escapade de plein air, il est fortement suggéré d’apporter une couche de base supplémentaire. Ainsi, une fois humide, vous pourrez vous changer pour éviter les frissons.

Laine mérinos : Antibactérienne naturellement, la laine conserve sa capacité isolante même si elle est humide.

Polyester et laine polaire : Sèche très rapidement.

Acrylique : Fibre synthétique qui sèche rapidement et qui est souvent utilisée pour remplacer la laine.

Couche intermédiaire :

La couche isolante d’une tuque peut être absente; dans ce cas, elle est soit conçue pour les sports aérobiques, soit peu adaptée aux hivers québécois. Idéalement, une tuque devrait être dotée d’un bandeau de laine polaire ou entièrement doublée. Assurez-vous que la doublure n’est pas en coton puisque ce dernier reste humide très longtemps et perd ses capacités isolantes lorsqu’il est mouillé. En plus d’être inconfortable, votre tuque doublée de coton ne servira plus à réduire les pertes de chaleur.

Couche extérieure :

La plupart des tuques de ville ne sont pas dotées d’une couche extérieure pour vous protéger des intempéries. C’est souvent le capuchon (ou le casque, le cas échéant) qui fait office de protection, lorsque nécessaire. Sachez toutefois qu’il existe des tuques recouvertes de nylon qui permettent de couper le vent. Aussi, pour les journées de grands vents, certains fabricants ont ajouté une membrane 100 % coupe-vent (de type WINDSTOPPER®) à leur couvre-chef. Grâce à cette efficace membrane, le souffle hivernal ne peut pas donc s’immiscer jusqu’à vos oreilles.

  • Pour les activités aérobiques telles que la course à pied, vous aurez besoin d’une tuque mince qui cache les oreilles, tient en place même lorsque vous vous activez et évacue efficacement votre transpiration. Si votre tuque ne respire pas assez, vous risquez de vous retrouver avec une tête trempée, des oreilles complètement glacées et un corps qui n’arrive plus à se réchauffer.
  • Les tuques avec une membrane coupe-vent permettent de vous éviter de douloureuses engelures lorsque le froid de l’hiver souffle ardemment sur vos oreilles. Elles sont idéales pour toutes les activités qui impliquent une grande exposition au vent.
  • En ville, pour éviter les engelures par temps froid, il est idéal de porter une tuque doublée ou dotée d’un bandeau de laine polaire pour éviter que le vent glacial passe à travers les mailles de la tuque et cause des engelures à vos oreilles.
Tuque icebreaker chase
tuque mince
Chapeau péruvien ws or
tuques avec une membrane coupe-vent
tuque péruvienne bula sequoia
tuque doublée

Mains

mainPour couvrir les mains, il existe moult possibilités. Tout d’abord, il faut savoir qu’à quantité égale d’isolant, les mitaines sont plus chaudes que les gants puisqu’elles permettent aux doigts, qui sont en contact les uns avec les autres, de se réchauffer entre eux. Les gants, quant à eux, offrent une meilleure dextérité quand vient le temps de manipuler des objets. Pour profiter de la polyvalence du système multicouche, il suffit de glisser un sous-gant ou une sous-mitaine dans votre gant ou votre mitaine. Ainsi,  vous obtenez une dextérité accrue en cas de besoin, tout en conservant un minimum de chaleur sur vos mains.

Couche de base :

Les fibres les plus répandues dans la confection des sous-gants ou des sous-mitaines sont la soie, la laine, le polyester ou le polypropylène puisqu’elles permettent toutes l’évacuation de la transpiration pour maintenir vos mains au sec.

Laine : Conserve ses propriétés isolantes même si elle est mouillée par l’humidité de vos mains.

Polyester et polypropylène : Sèche très rapidement et idéal pour ceux qui sont inconfortables avec de la laine.

Soie : Douce, cette fibre naturelle thermorégulatrice peut absorber une bonne quantité d’humidité avant de donner l’impression d’être humide.

Couche intermédiaire :

Comme les mains ont tendance à transpirer rapidement, la couche intermédiaire est souvent composée d’un isolant synthétique. Contrairement au traditionnel duvet, les isolants synthétiques conservent leurs capacités isolantes même s’ils sont un peu humides. Les modèles conçus pour les grands froids mélangent parfois le duvet et les matériaux synthétiques pour combiner les avantages des deux fibres.

Couche extérieure :

Portées seules, la laine et la laine polaire laissent passer les courants d’air et peuvent sembler beaucoup moins isolantes que lorsqu’elles sont couvertes d’un tissu coupe-vent ou imperméable. La couche extérieure sert à emprisonner la chaleur sur vos mains. Aussi, comme hiver rime la plupart du temps avec neige, il est préférable de choisir un modèle minimalement résistant à l’eau pour ne pas devenir trempée au contact de la neige. Les tissus résistants à l’eau constituent un choix judicieux pour les sports aérobiques et les courtes sorties extérieures. Si vous comptez être souvent en contact avec la neige, il est alors préférable d’opter pour un modèle complètement imperméable (de type Goretex ou autre).

Conseil : On a souvent tendance à vouloir faire sécher nos gants ou nos mitaines sur une source de chaleur. Pensez que les matériaux synthétiques qui les composent peuvent fondent rapidement et faire un trou dans votre mitaine et dans votre budget… Pensez à les placer à une distance raisonnable d’une source de chaleur pour éviter les mauvaises surprises.

  • Pour le ski de fond, optez pour un modèle résistant à l’eau qui laisse votre transpiration s’évacuer de votre mitaine lorsque vous vous réchauffez;
  • Pour les longues remontées mécaniques ou les marches de santé, il existe des mitaines et des gants chauffants. Dotés d’une pile, ils vous permettent de produire une certaine quantité de chaleur pour maintenir vos mains au chaud lors des grands froids;
  • Pour pelleter et déneiger la voiture, vous pouvez opter pour un modèle imperméable et assez isolé. Sachez qu’il existe des modèles polyvalents qui permettent de retirer la coquille imperméable une fois que vous aurez terminé de manipuler la neige: pratique quand vient le temps d’embarquer dans la voiture pour se rendre au boulot sans avoir l’air de Darth Vader!
Gants lillehammer
Gants léger imperméable
Gants Radiator
mitaines et des gants chauffants
Mitaines Revel Shell
Mitaines imperméable et isolé

Pieds 

piedsPour les pieds, le système multicouche plaît beaucoup à certains et moins à d’autres. À titre de couche de base, certains enfilent un sous-bas de polypropylène (ou de polyester) sous leurs bas chauds afin de conserver leurs pieds au sec pendant l’effort. D’autres préfèrent mettre leurs bas de laine directement sur la peau pour sentir la chaleur directement sur leurs pieds. Les opinions diffèrent beaucoup sur la chose, alors la solution est, sans contredit, d’essayer les deux options pour déterminer celle qui vous plaît le plus. Lorsque vous choisirez vos sous-bas, assurez-vous de choisir un modèle qui tient bien en place pour éviter que la friction entre les deux paires de bas ne fasse glisser vos sous-bas jusqu’au bout de vos orteils.

Les conseillers chaussures sont toutefois unanimes sur certains points :

  • Les bas de coton sont à éviter en tout temps l’hiver, en plein air. Rappelez-vous que le coton absorbe l’humidité et prend du temps à sécher. Troquez vos bas de coton contre des bas de laine et vous améliorerez grandement votre confort;
  • Les bas de laine sont chauds, pourvu que votre circulation sanguine ne soit pas compressée par des bas ou des bottes trop serrés. Assurez-vous donc de choisir un modèle de bas compatible avec vos bottes d’hiver;
  • En plein air, les bas finissent par absorber beaucoup d’eau au point de se saturer et de ne plus vous isoler du froid efficacement. Apportez toujours une paire de bas de rechange pour pouvoir mettre vos pieds au sec avant qu’ils ne commencent à geler.

Truc de grand-mère pour celles et ceux qui dégagent…

conseil-grand-mereUn employé partage un de ses secrets de famille :

Comment empêcher les pieds de dégager de drôles d’odeurs après une journée passée dans des bottes d’hiver?

Faites bouillir un chaudron d’eau dans lequel vous faites dissoudre 1 tasse de gros sel. Réservez 24 h à la température de la pièce. Faites tremper vos pieds de 1 h à 1 h 30*. C’est tout. Vous devriez vous être débarrassé de l’odeur pour quelque temps. Recommencez le processus dès l’apparition de nouvelles odeurs.

*L’employé suggère de faire très attention de ne pas faire tomber la manette de PlayStation® dans l’eau pendant le trempage.

Survivre à l’hiver jusqu’aux extrémités
5 votes
Partager ce billet de blogue