Vivre à la bélizienne

 

Depuis maintenant huit mois, Lydiane explore le globe. Les passionnés de voyage la connaissent pour son émission Lydiane autour du monde, diffusée sur Évasion, pour ses chroniques dans le journal Métro, pour ses nombreux partages sur Facebook et pour ses entrevues inspirantes sur le blogue de La Cordée. Cette fois, c’est au Bélize que Lydiane a choisi de poser le pied. Elle y a découvert des paradis de plongée, un continent luxuriant et des habitants engagés dans la sauvegarde de leurs joyaux.

Avant de partir pour son long périple, Lydiane souhaitait conjuguer aventure et expérience humanitaire.

Belize-MayanVillage-site-web-190915-23

 

« J’ai fait des recherches avant de venir au Bélize, j’avais le goût de visiter un organisme axé sur la nature. Dans mes autres voyages, j’ai souvent touché au côté humain dans des organismes qui œuvraient auprès des jeunes filles ou des orphelins. Là, je voulais visiter un organisme qui était plus axé sur la nature et sur les animaux. Je suis tombée sur Ya’axché. J’ai regardé leur site Web, qui est super bien fait. Ils étaient ouverts à accueillir des gens. Je leur ai écrit. Ils ont été super sympathiques et c’est comme ça que j’ai organisé d’avance ma visite à Ya’axché. »

Ya’axché Conservation Trust est une organisation non gouvernementale (ONG) qui vise à préserver les milieux naturels dans le sud du Bélize avec l’aide des populations locales. Ya’axché, qui organise déjà diverses expéditions d’écotourisme, ouvrira officiellement ses portes au grand public en novembre.

Ranger for a day

Vivre une journée dans la peau d’un ranger, c’est ce qu’a choisi de vivre Lydiane et sa petite équipe de tournage. Suivre un garde-forestier, à pied, dans la forêt tropicale, pour accomplir avec lui ses tâches quotidiennes : analyser les empreintes d’animaux, observer l’état des plantes, s’assurer qu’il n’y a pas d’activités illégales (telles que la pêche ou la chasse dans les zones de préservation), contrôler les feux de forêt, etc. Une journée de marche exigeante, mais remplie de découvertes inusitées.Belize-MayanVillage-site-web-180915-02

Lydiane raconte que cette forme d’écotourisme contribue au soutien de l’organisme de développement durable Ya’axché, tout en permettant aux touristes de découvrir les formes de vie sauvage qui ont élu domicile dans les forêts tropicales du sud du Bélize.

Mais qui dit forêt tropicale dit aussi humidité et moustiques à profusion. C’est pour cette raison que Lydiane souligne l’importance de se vêtir de vêtements longs pour faire de genre de visite. Et ce, malgré la chaleur qui grimpe au-delà de la barre des trente degrés.

C’est un milieu très humide, mais c’est impossible de se mettre en short parce qu’on se ferait dévorer par les moustiques. On est dans la jungle, y’a des plantes, des araignées, y’a de tout. Les espadrilles sont indispensables! J’ai failli marcher sur un serpent! Les pantalons longs aussi sont essentiels pour éviter les piqûres.

Enthousiaste à la suite de son périple dans la jungle, Lydiane raconte que certaines parties du Bélize sont riches en petites montagnes et en grottes. « Pour le plein air, c’est super intéressant! » Elle conseille toutefois à quiconque voudrait s’envoler vers cette magnifique destination de prendre un guide.

Tu veux savoir quelles sont les plantes qui peuvent te donner des réactions cutanées, tu veux savoir ce que tu peux manger et ce que tu ne peux pas manger. Tu veux savoir à quoi faire attention. Tout est différent. Tu ne peux pas deviner quelle araignée est mortelle ou quelle grenouille est porteuse de poison.

Dormir sur ses deux oreilles

Logée dans un petit refuge pour touristes, Lydiane explique que le filet contre les moustiques, placé au-dessus de son lit, a grandement contribué à la tranquillité de son sommeil. Après avoir découvert deux scorpions dans sa douche, elle était bien heureuse de pouvoir compter sur la petite barrière psychologique que lui offrait son filet pour pouvoir dormir sans trop inquiétude.

Maya for a day

La deuxième journée, le groupe de Lydiane a partagé le quotidien d’une petite communauté de femmes mayas. Vêtues de leurs costumes traditionnels, elles leur ont enseigné les rudiments de la cuisine maya.

« Pour certains peuples, l’ingrédient principal de leur cuisine, c’est le riz. Pour elles [les femmes mayas], c’est la tortilla de maïs. Elle est servie à tous les repas. Leur viande principale, c’est le poulet. Elles n’achètent rien. Elles ont tout. Elles ont une petite ruche pour le miel. Elles font même leur propre chocolat et font des drinks avec. Tout ça, à la main, en respectant les traditions. »

Le groupe a dansé sur des musiques traditionnelles, a mangé du jipijapa (du palmier, le coup de cœur de Lydiane côté bouffe!) et a ravi ses papilles avec des plats cuisinés à partir d’ aliments fraîchement récoltés.

Dans le petit village, cellulaires et lecteurs CD côtoient lavage à la main et cuisson sur feu de bois. « C’est comme si la technologie avait un peu touché ces communautés-là sans pour autant changer leurs traditions. »

Touchée par la débrouillardise de ces femmes, Lydiane raconte que, pour elle, les femmes mayas ont trouvé l’art de prendre le meilleur de différentes époques et d’en faire un tout. Lydiane s’est dite très inspirée par cette petite communauté, qui fait tout avec très peu. Elle se promet qu’une fois de retour au pays, elle se replongera dans ses souvenirs en cuisinant les saveurs mayas.

Au terme de son périple, Lydiane a choisi de rentrer au bercail, mais elle précise « ce n’est qu’une petite pause! Je devrais repartir assez bientôt!!! » Après plusieurs mois à l’étranger, elle avait besoin de revenir « simplement pour refaire le plein avec amis et famille!!! » La Cordée lui souhaite de belles retrouvailles et est déjà impatiente de connaître sa prochaine aventure.

Pour découvrir en images la visite de Lydiane au cœur des Caraïbes, regardez l’émission Lydiane autour du monde sur Évasion. De plus, en répondant à la question hebdomadaire, vous avez la chance de gagner une des cartes-cadeaux hebdomadaires de 50 $ ou un des deux grands prix, soit un ensemble complet de voyage comprenant des vêtements Icebreaker, un sac à dos de voyage et des accessoires de voyage, le tout d’une valeur de 1500 $.
Vivre à la bélizienne
6 votes