Une journée de course au cœur des Adirondacks

Par Ariane Adam-Poupart

J’ai eu un été de course à pied particulièrement intéressant!

Au mois de juillet, j’ai intégré un club de course. Depuis, je me tue à courir deux fois par semaine des distances très courtes (entre 100 et 800 m) à des vitesses complètement irraisonnables pour une ultramarathonienne. Moi qui suis une coureuse de longues distances qui aime flâner dans les bois, je sors de ma zone de confort à chaque pas déposé sur une piste de course.

En dehors de ces entraînements intenses, mais agréables malgré tout, j’ai choisi de m’amuser dans les montagnes cet été. J’avais envie de longs entraînements avec de bons dénivelés et des paysages sublimes. Je rêvais de sorties de course me permettant d’apprécier les couleurs de la nature, de respirer les odeurs du bois et de prendre le temps d’admirer les horizons au sommet des montagnes.

 

Alors, c’est ce que j’ai fait. J’ai passé l’été à découvrir de nouveaux terrains de jeu. Seule, en amoureux, avec des amis ou avec mon bouvier bernois, toutes les occasions étaient bonnes pour fouler les sentiers me menant à des sommets et des vues spectaculaires. Comme j’habite dans les Laurentides, je me suis régalée au Mont-Tremblant, mais également à Sainte-Agathe, à Val-David, à Saint-Donat et à Sainte-Adèle. À chacun de ces endroits, j’y ai trouvé des sommets de montagne inspirants.

J’ai aussi vécu deux incroyables sorties dans les montagnes américaines. L’une d’entre elles était en famille dans les montagnes Blanches (en lire plus ici), alors que la seconde était une sortie de « girls » dans les Adirondacks la fin de semaine dernière.

Mon amie Hélène, une vraie coureuse de montagne, m’avait envoyé une carte des sentiers des Adirondacks en m’indiquant qu’elle nous avait trouvé un super parcours : « Du stationnement de l’Adirondack Loj, nous monterions le mont Marcy par la 61, puis nous prendrions la 73, 68, 69 et 71 vers le mont Algonquin que nous grimperons, et que nous redescendrons par la 64 jusqu’à notre point de départ ».  En bref, elle nous avait planifié une sortie d’environ 35 km de sentier avec deux sommets et un dénivelé de près de 2000 m. Il ne m’en fallait pas plus pour me motiver!

Source de la carte : site à Yvon http://www.lesiteayvon.com

Samedi matin

6 h 30 : Départ du stationnement du Dix30 à Brossard et arrêt café pour commencer ce samedi matin avec douceur. La journée s’annonce sublime.

9 h : Nous voilà au départ du sentier 61, en train de s’identifier dans les registres de l’Adirondack Loj. Souriantes, motivées et les jambes fringantes, nous nous lançons dans une montée de 12 km et de près de 1000 m de dénivelé. Les premiers kilomètres de sentier se courent facilement et nous dépassons d’un pas léger les randonneurs. Puis, notre rythme de course s’adapte à l’escarpement du sentier.

11 h 15 Nous arrivons au sommet du mont Marcy à 1629 mètres d’altitude. Je suis renversée par la beauté du paysage et par la vue spectaculaire des montagnes environnantes (à 360 degrés). Nous prenons quelques photos, une petite pause collation énergétique puis nous repartons en direction de Feldspar.

12 h. Nous entamons le sentier 73 en direction d’Avalanche Pass. Les sentiers sont techniques et le rythme de course laisse place à une marche rapide accompagnée de petits sauts lorsque c’est possible. Cette section du sentier fait passer par des billots de bois qui traversent des ruisseaux, par des portions assez boueuses et d’autres, plutôt rocheuses. Le rythme est lent et la technicité du parcours demande une attention sans relâche. Malgré tout, la forêt est belle et on y perçoit l’arrivée de l’automne par la couleur des feuilles.

13 h 30 Nous sommes maintenant sur Avalanche Pass. Encore une fois, le panorama est superbe. Sur la section longeant le lac Golden, il devient très difficile de courir, car le sentier présente des sections d’escaliers et de rochers à gravir. Le rythme est encore lent, mais le mont Algonquin se rapproche pas après pas.

14 h 15 Nous en sommes à notre dernière ascension. Hélène m’annonce que cette montée sera intense : 700 m de dénivelé en 3 kilomètres. Cette grimpe est effectivement très abrupte et très technique, car nous devons enjamber de gros rochers sur plusieurs mètres de montée. Les mollets et les cuisses commencent à être un peu plus fatigués, mais le moral est toujours bon.

15 h : Sommet du mont Algonquin à 1559 mètres : la vue de ce sommet est la récompense de tous nos efforts! Nous sommes heureuses et émerveillées par tous les sommets qui nous entourent. Nous prenons quelques instants pour admirer les points de vue majestueux. Et tranquillement, la fatigue laisse place à un sentiment d’accomplissement et une légère euphorie.

15 h 30 : Nous dévalons le mont Algonquin par le sentier 64. Quel bonheur! Ce sentier débute par une portion légèrement technique où les roches sont un peu mouillées. Hélène et moi descendons avec agilité et dépassons avec aisance les randonneurs, qui nous encouragent au passage. Et assez rapidement, nous retrouvons des sentiers bien courables et nous terminons notre aventure à une cadence de course assez élevée!

16 h 30 : Arrivée à l’Adirondack Loj. Nous signons le registre des randonneurs pour indiquer que nous sommes sorties de la montagne. Notre périple aura duré 7 h 15, et nous aurons complété une boucle de 37 km et environ 2000 m de dénivelé.

Sur le chemin du retour, Hélène et moi nous sommes rappelées à quel point la course en sentier est un sport fabuleux. Il nous permet de parcourir des distances impressionnantes tout en observant des paysages variés et sublimes.

Une journée de course au cœur des Adirondacks
3 votes
Partager ce billet de blogue