Devenir fous pour de bon!

 

Maintenant que la neige (tant attendue!) recouvre le sol, vous ressentez un petit pincement au cœur parce que la chaleur estivale vous manque soudainement. Vous vous imaginez en train d’enfiler un short, un t-shirt et des souliers de course pour aller courir sur votre sentier préféré. Ah! le bonheur! Rythmée par la musique dans vos oreilles, votre cadence s’accélère. Vous êtes libre, léger et tellement heureux que vous avez envie de chanter à tue-tête. (Mais vous vous gardez tout de même une petite gêne puisque vous n’êtes pas seul dans les bois.) À mesure que vous vous enfoncez dans les sentiers, vous sentez de l’eau vous glisser le long de la nuque. Il fait de plus en plus chaud. Vous redoublez d’efforts, mais la transpiration rend votre course de moins en moins agréable. Vous êtes complètement trempé et vos vêtements (qui sèchent vite pourtant!) collent maintenant à votre peau. Vous vous arrêtez un instant pour reprendre votre souffle et remarquez la boucle défaite de votre soulier. Pendant que vous renouez vos lacets, vous entendez un bourdonnement sourd qui semble tourner autour de vous : vous avez mis le pied dans un nid de guêpes! Sans crier gare, vous prenez vos jambes à votre cou et détalez dans un tout autre état d’esprit que celui dans lequel vous êtes entré dans le boisé. Puis, vos souvenirs de l’été sont-ils toujours aussi… romantiques?

head

Pensez-y… L’hiver, quand vous rentrez d’une journée de plein air, vous ne passez pas la soirée à réfréner vos envies de gratter les piqûres accumulées pendant la journée. Vous n’avez qu’à vous asseoir, tisane ou chocolat chaud à la main, et à profiter des endorphines qui sillonnent tout votre corps. À bien y penser, c’est facile d’atteindre le bonheur l’hiver, non?

Si vous êtes un lecteur assidu sur ce blogue, vous l’aurez compris : La Cordée s’est donnée comme mission de vous faire aimer l’hiver à vous en rendre fou. Le quatrième et dernier volet de cette chronique appartient aux employés de La Cordée à Laval. En rafale, ils vous livrent leurs trucs pour profiter de la saison froide avec enthousiasme.

20110302_jlebreton_DSC2072_300dpi_rgb98Quels conseils donneriez-vous à des gens qui s’apprêtent à vivre leur premier hiver?

  • Allez marcher sur un lac gelé. C’est une expérience vraiment spéciale parce que le son ambiant est unique, calme et apaisant.
  • Pour profiter de la saison froide, l’idéal est de sortir de la ville. Ça permet de contempler les paysages de l’hiver québécois et ça permet de vraiment se plonger dans le calme qu’inspirent les grands espaces blancs.
  • Assurez-vous d’avoir des semelles antidérapantes parce qu’avec les changements climatiques l’hiver, la glace ça fait partie du quotidien!
  • Allez patiner et glisser, jouez dans la neige, faites des batailles de boules de neige… bref, soyez créatifs!
  • Habillez-vous comme il faut, et tout ira bien. Moi, j’ai toujours détesté l’hiver parce que je ne réussissais jamais à me réchauffer. À un moment donné, j’ai décidé d’investir dans un bon manteau et je me suis mise à porter des sous-vêtements en laine mérinos. Maintenant, je peux mettre le nez dehors sans trop d’efforts parce que je sais que je vais m’amuser plutôt que passer ma journée à essayer de me réchauffer.

Qu’est-ce qui vous manque l’été?

  • Le temps frais;
  • L’émerveillement et la fébrilité qu’entraînent les tempêtes de neige. Autour de moi, ça provoque beaucoup d’émerveillement, la neige, autant chez les adultes que chez les enfants;
  • L’été, quand il pleut, c’est un peu compliqué de sortir jouer dehors, alors que l’hiver, quand les précipitations tombent sous forme de neige, c’est le bon temps pour sortir faire du plein air. Pour moi, la pluie de l’été limite le nombre de journées passées dehors tandis que la neige m’incite à sortir respirer l’air frais.

 Qu’est-ce qui est plus agréable l’hiver que l’été?

  • Une fondue au fromage après une journée de plein air;
  • J’apprécie davantage les chocolats chauds et les plats mijotés l’hiver ;
  • Peu importe le sport que je pratique, je ne suffoque pas dehors l’hiver, contrairement à en été;
  • J’aime le contraste froid-chaud quand on va se blottir contre un feu de foyer après une journée passée dehors.

Si, par malheur, vous avez le blues de l’été cet hiver, que faites-vous?

  • Je mets mon vélo sur mon support d’entraînement et je pédale en regardant des paysages d’été à la télévision;
  • J’organise un genre de beach party avec des amis. C’est moins efficace qu’un voyage dans le Sud, mais ça éloigne la nostalgie pendant quelque temps;
  • J’écoute de la musique qui évoque la chaleur des pays du Sud.

Vous êtes curieux de connaître les réponses des employés des autres magasins? Consultez la section fou de l’hiver sur ce blogue.

Devenir fous pour de bon!
3 votes