Francis Lefebvre, prêt pour une nouvelle saison de triathlons

Il y a deux ans, La Cordée prenait sous son aile le triathlète Francis Lefebvre. Maintenant âgé de 21 ans,  le jeune homme est toujours à fond dans le triathlon, mais aussi dans ses études. Comment parvient-il à allier travail, triathlons et études? Voici la réponse à cette question et bien plus encore.

Un triathlète tridimensionnel

Francis étudie à l’université de Guelph en Ontario, il travaille à temps partiel et trouve tout de même le temps et la force de s’entraîner en moyenne 25 h par semaine pour l’une des disciplines les plus exigeantes qui soit, le triathlon. Quel est son secret? Il se résume par une énorme passion pour le sport et une volonté de fer. « Ce n’est pas toujours facile et ça demande beaucoup d’organisation et de discipline, mais j’adore ça. Et je suis chanceux, je travaille à l’université, donc je peux vraiment maximiser mon temps et ça aide beaucoup », explique Francis.

 

Objectif 2015

Sérieux autant dans ses études que dans le triathlon,  le jeune homme ne perd pas de vue son objectif premier : rejoindre l’équipe nationale.

« Je suis au niveau professionnel, j’ai fini les années juniors. Je dois donc courir à l’échelon ou bien je n’ai plus vraiment d’options. Je dois participer à de plus grosses compétitions pour être remarqué par les entraîneurs de l’équipe nationale. Rendu à mon niveau et à mon âge, il faut souvent aller dans d’autres pays pour faire ces compétitions. Être dans l’équipe nationale serait un encadrement supplémentaire qui m’aiderait beaucoup dans mon développement », affirme-t-il.

Toutefois, rejoindre l’équipe nationale n’est pas quelque chose qui se fait en claquant des doigts. Pour atteindre ce niveau, il existe des critères de qualification qui impliquent par exemple un podium en coupe panaméricaine ou encore participer au championnat du monde et se classer dans la première moitié. « Il faut juste être parmi les meilleurs au Canada », résume Francis. « L’équipe nationale c’est encore mon objectif que je ne perds pas de vue. Même si ça prend un peu plus de temps ».

Fierté et compétitions

Lors de sa saison 2014, le triathlète a réalisé de très belles performances. Celle dont il est le plus fier reste toutefois une course panaméricaine qui s’est déroulée à Toronto. « Je suis arrivée septième, pas loin de deux minutes derrière le meilleur triathlète au Canada qui a participé à deux Olympiques déjà, donc j’étais assez content de ce résultat là. Je m’attends à encore mieux cette année », raconte-t-il.

La plus grosse compétition en vue pour Francis aura lieu le 25 juillet à Magog. « C’est une course panaméricaine et si je performe bien dans cette course-là, je vais pouvoir me qualifier pour les championnats du monde à Chicago et y représenter le Canada dans ma catégorie 23 Élite », explique le jeune athlète.  Il ajoute : « Cette qualification pourrait me garantir une sélection sur l’équipe nationale, donc ça serait l’idéal ».  Avant toute chose, il devra courir à Magog, c’est une date à retenir.

L’art de la constance

Être un athlète implique un mode de vie très différent de celui qu’on pourrait imaginer pour un jeune homme de 21 ans. « Je me couche tous les soirs à 9 h 30 et je me lève à 5 h 30 pour les entraînements, et quand j’ai un peu de temps libre, je le prends pour relaxer, me reposer », témoigne le jeune homme.

« Pour l’instant ce qui me motive le plus c’est d’essayer de rester constant. Faire attention de ne pas me blesser », explique-t-il avec sagesse. Il ajoute : « Cette année, j’ai appris que quand on veut s’entraîner à un autre niveau, puis survivre à des semaines d’entraînement de 25 heures et plus sans blessure, il faut vraiment s’entraîner intelligemment et savoir écouter son corps ». Il espère que cette approche lui permettra de se classer à Magog en juillet.

« Ma force cette année, c’est que j’ai appris à me connaître énormément. Je suis beaucoup plus alerte à ce qui se passe dans mon corps lors des entraînements et des compétitions et je pense que ça, c’est un plus pour moi. » Ce cheminement est essentiel à tous les athlètes et l’aidera énormément pour la saison 2015.

C’est d’ailleurs le conseil qu’il donne à tous les triathlètes qui désirent performer. « Souvent tu cherches des solutions rapides, et pourtant, la seule solution pour s’améliorer est de s’écouter. Parfois, c’est mieux de s’arrêter que de pousser un entraînement. C’est souvent plus bénéfique pour les performances de reposer son corps que de sortir à nouveau s’entraîner. Il faut s’orienter vers l’écoute de ses forces et de ses faiblesses ».

Déterminé, équilibré et inspirant, cet ambassadeur sera à suivre tout au long de l’été. Rendez-vous sur la page Facebook de La Cordée, sur sa page personnelle ou sur Twitter @FrankLefeber pour vous garder informé de son évolution.

Vous êtes aussi triathlète ou prévoyez le devenir? Visitez notre sélection de produits spécialisés : http://www.lacordee.com/fr/triathlon

Pour des conseils pratiques sur le triathlon, nous vous suggérons également de lire ceci : http://blog.lacordee.com/tous-peuvent-tripler-le-plaisir/

Francis Lefebvre, prêt pour une nouvelle saison de triathlons
14 votes
Partager ce billet de blogue