Devenir fous

Imaginez…

Vous souhaitez profiter de l’été. Vous êtes assis dans votre cour, le nouveau livre de votre auteur préféré à la main, une glace italienne posée à votre droite. Le bonheur. Vous êtes plongé au cœur de l’intrigue, sur le point de découvrir la véritable identité du tueur. Soudainement, la bruyante famille de votre voisin débarque pour un beach party : la fête de Pierre-Jean-Jacques. La troisième depuis le début du mois. Les tympans voulant vous sortir des oreilles, vous essayez de vous replonger dans votre récit, alors que trois guêpes se mettent à faire des allers-retours entre votre glace préférée et votre peau dénudée. Il fait chaud. Il fait collant. Une violente odeur d’égouts en train de fermenter embaume subitement votre cour. La transpiration vous coule maintenant dans les yeux. Impossible de continuer à lire. Au moment où vous vous mettez à réfléchir à qui pourrait vous faire grâce de son trou d’eau le temps d’une saucette, votre douce moitié vous rappelle que votre champ, qui fut jadis une cour, nécessiterait un peu d’amour. Puis, êtes-vous heureux que l’hiver soit enfin arrivé?

Bon, avec une telle introduction, ça ne prend pas la tête à Papineau pour comprendre que cette année, La Cordée, folle de l’hiver, s’est mise dans la tête de vous faire aimer la saison froide. Passage obligé qui revient chaque année, l’hiver est synonyme de déprime saisonnière et de morosité pour certains Québécois. Sauf que vivre dans un état dépressif cinq mois par année, c’est long! Pour survivre à cette période de « grande noirceur », vous pouvez soit maugréer la moitié de l’année, soit hiverner, soit déménager, soit vous accrocher aux bonheurs propres à l’hiver. Comme la dernière solution est plus la plus simple et la plus saine, La Cordée a demandé à ses employés comment ils faisaient pour aimer l’hiver.

Jetez un coup d’œil aux réponses fournies, à la volée, par certains employés de la nouvelle boutique sur le boulevard Saint-Laurent.

Quand j’ai le blues de l’été en hiver, je…

  • … vais m’acheter des t-shirts;
  • … fais du BBQ sur la terrasse, équipé de tout mon attirail hivernal;
  • …. n’ai jamais le blues de l’hiver. Il y a trop peu de semaines dans cette saison pour en perdre une seule à être nostalgique de l’été;
  • … pars en voyage.

Mon truc pour aimer l’hiver

  • Je joue dehors avec les enfants. Ils aiment ça, eux, jouer dehors. Faqu’on n’a pas le choix d’aimer ça aussi;
  • Je m’habille bien pour être certain de ne pas geler. C’est simple, mais c’est vraiment ça le truc;
  • Je sors de la ville;
  • Je me trouve des activités extérieures. L’hiver, ça peut être déprimant si on reste à l’intérieur, alors je m’organise pour éviter la déprime!

Ce que j’aime l’hiver

  • Aller marcher dans la neige fraîchement tombée et écouter le bruit sourd de la neige qui tombe d’un coup des arbres. C’est apaisant;
  • Me donner des défis comme monter une montagne à la frontale et creuser un trou pour y monter ma tente;
  • Sortir dans les tempêtes, c’est TELLEMENT tranquille! Tout le monde s’encabane, alors que la température est super douce et confortable. C’est dans ce temps-là qu’il faut sortir!

Ce qui nourrit mon amour de l’hiver

Puis, pensez-y, sans hiver, pas de Guerre des Tuques, pas de traîneau du père Noël et pas d’interminables soirées de crazy carpets. Des fleurons québécois dont la prémisse est justement l’hiver. Donc, la prochaine fois que vous aurez envie de pester contre les bancs de neige et le froid, concentrez-vous sur ce que seul l’hiver peut vous offrir. C’est assurément la meilleure façon de garder le moral pendant la saison hivernale.

Devenir fous
3 votes
Partager ce billet de blogue