Pneus tubeless : comment bien les installer

Si vous vous intéressez un peu au côté technique du cyclisme, vous aurez assurément entendu parler des pneus tubeless. Si vous êtes plus du type à subir les nouvelles technologies du vélo qu’à vous y intéresser, on vous propose un aperçu de cette technologie du pneumatique qui fait de plus en plus d’adeptes, toutes disciplines confondues.

Avant tout, faisons la différence entre les trois principaux types de pneumatiques.

  • Les pneus classiques: certainement le type de pneu le plus courant sur les vélos et assurément ceux que vous avez sur le vôtre si vous n’avez fait aucun changement. Simplement, les pneus sont montés sur la jante où une tringle en kevlar ou en métal maintient le pneu en place. On y insère une chambre qui permet de gonfler le pneu à la pression souhaitée. C’est celle-ci qu’on change en cas de crevaison.
  • Les boyaux: utilisés aujourd’hui presque exclusivement par les coureurs sur route professionnels et certains coureurs amateurs, ou roadies très sérieux, ce type de pneumatique est formé d’une seule pièce qu’on vient coller directement sur la jante. Sans chambre à air, on gonfle le boyau directement plutôt qu’avec une chambre à air. L’avantage? La combinaison des roues et des boyaux est plus légère que son équivalent à pneu. Le confort des boyaux est aussi généralement plus intéressant, tandis qu’ils se gonflent à de plus hautes pressions pour ceux que ça intéresse. Par contre, ils sont plus difficiles à réparer sur le bord de la route lorsqu’une crevaison survient. Ils sont aussi beaucoup plus compliqués à installer.

  • Les pneus tubeless : très semblables aux pneus standards, on les monte de la même manière que ces derniers. La tringle qui retient le pneu sur la jante forme cependant un joint plus étanche entre la roue et le pneu. En ajoutant un scellant qui vient combler les imperfections de l’assemblage, il devient donc possible de monter son pneu sans chambre à air. Lorsqu’une crevaison survient, ce même scellant a l’avantage de colmater la fuite, lorsqu’elle n’est pas trop importante. Si jamais la fuite ne se colmatait pas, il suffit d’installer une chambre à air, comme avec un pneu classique, et le tour est joué. Un des avantages souvent cités pour ce type de pneu est qu’il a la possibilité de rouler à des pressions très basses, assurant confort, contrôle et traction aux cyclistes qui l’utilisent, particulièrement hors route.

Apparus de manière plus démocratique dès la fin des années 90 et au début des années 2000, c’est dans le vélo de montagne que les pneus tubeless font le plus d’adeptes. Pendant une dizaine d’années, les cyclistes de montagne sont pratiquement les seuls à pouvoir profiter de cette technologie. Et ça leur est bien utile. Moins de crevaisons, moins de changements de chambre à air, fini les pinch flats (où la chambre à air se coince contre la jante et cause deux petits trous). Ça permet aussi de rouler à des pressions beaucoup plus basses qu’on ne l’aurait fait avec des chambres à air. Résultat? On gagne en traction et en confort.

Alors que les premiers systèmes sans chambre à air pour le vélo de route n’apparaissent qu’en 2006, ce n’est vraiment qu’autour de 2010 que plus de compagnies se lancent dans l’aventure et que les roadies commencent à explorer leurs différentes options. Parallèlement, les gravel bikes font leur entrée sur le marché et accélèrent l’adoption de ce nouveau système par les cyclistes sur route qui commencent à s’intéresser aux chemins de gravier et aux sentiers accidentés.

Qui dit nouveau système, dit nouvel assemblage. On vous explique comment bien monter vos pneus tubeless sur votre vélo en quelques étapes.

Choisissez des pneus et des jantes compatibles: il est essentiel que votre pneu ET votre jante soient compatibles tubeless, ou tubeless-ready.

Installez un fond de jante au besoin: certaines jantes tubeless-ready n’ont pas besoin de ce fond de jante, alors que sur d’autres, dont celles où les rayons traversent la jante par l’intérieur, c’est absolument nécessaire. Dans le doute, mieux vaut en installer un.

Montez la valve: insérez la valve dans le trou de la jante. Serrez l’écrou manuellement. Vous ne voudriez pas être incapable de l’enlever si vous avez besoin d’insérer une chambre à air.

Montez le pneu: installez le pneu dans le bon sens de rotation.

Faites un test à sec: insérez l’un des deux côtés du pneu dans la jante. Insérez le second côté dans la jante en prenant soin de faire glisser la tringle du pneu bien au fond de la jante. Ceci facilitera le montage du pneu ; pour assurer l’étanchéité du système, il est généralement plus difficile d’installer un pneu tubeless qu’un pneu classique. Gonflez le pneu à sa pression maximale pour bien asseoir la tringle du pneu sur l’intérieur de la jante. Assurez-vous que le montage est fonctionnel.

Ajoutez le scellant: deux techniques s’offrent à vous pour ajouter le scellant.

  1. Pour la première, où le risque de dégât est plus grand, il s’agit de déjanter partiellement l’un des côtés du pneu. Ajoutez la quantité de scellant nécessaire au volume de votre pneu directement dans celui-ci, puis remontez le pneu sur la jante.
  2. Pour la deuxième technique, vous devrez enlever la partie centrale de la valve de votre pneu avec un outil conçu à cet effet. Injectez ensuite, par la valve, le contenu d’une bouteille de scellant conçu pour cette tâche. Attention, utilisez la bonne quantité de scellant pour le volume de votre pneu! Regonflez le pneu, puis faites tourner la roue pour que le scellant couvre toute la surface interne du pneu.

Roulez quelques minutes avec votre vélo afin de bien distribuer le scellant dans les roues. Il est possible que la pression de votre pneu ait diminué pendant la première nuit. Regonflez-le et le tour devrait être joué!

Quelques conseils supplémentaires :

  • Enlevez les disques pour éviter de les contaminer avec du scellant ou simplement par mégarde en les manipulant.
  • Vous avez de la difficulté à asseoir votre pneu correctement et vous n’avez pas de compresseur? Montez-le avec une chambre à air en premier, retirez-la en déjantant d’un seul côté, puis réinstallez le pneu avec le scellant et gonflez-le. Vous devriez entendre le pop caractéristique du pneu tubeless bien assis sur sa jante.
  • Enlever l’obus de valve lorsque vous gonflez votre pneu lorsque vous gonflez un pneu tubeless pour la première fois. Grâce à l’ouverture plus grande, la masse d’air qui entre dans le pneu est plus grande et facilite le montage.

Pneus tubeless : comment bien les installer
3 votes