La Great Divide : l’ultime parcours de vélo d’aventure

La Great Divide Mountain Bike Route

Si vous êtes passionné de bikepacking ou de grande randonnée, vous avez peut-être entendu parler de la Great Divide. Géographiquement, la Great Divide est la ligne de partage des eaux entre l’est et l’ouest de toute l’Amérique du Nord. À l’est, l’eau coule vers les océans Arctique ou Atlantique et, à l’ouest, vers le Pacifique.

D’un point de vue de cycliste, c’est plutôt 5350 kilomètres de pistes, de routes secondaires en terre battue et en gravier, de sommets enneigés et de vues spectaculaires qui relient Banff en Alberta à Antelope Wells au Nouveau-Mexique. Une fois complétée, ils auront grimpé un total de 45 618 mètres, affronté la pluie et le froid, rencontré une incroyable variété d’animaux et roulé à travers déserts et régions montagneuses éloignées.

Pendant quatre ans, la Great Divide Mountain Bike Route (GDMBR) a été cartographiée et développée par l’Adventure Cycling Association, qui en a finalement publié le parcours en 1998. Depuis, cette piste est reconnue comme le lieu de naissance du bikepacking.

Rouler dans des sentiers conçus principalement pour le vélo de montagne ou pour le VTT; rouler sur des chemins forestiers, en pleine nature, souvent dans des régions éloignées, et en pleine autonomie, c’est l’essence du bikepacking, ce sport de plus en plus connu et apprécié aux États-Unis comme au Canada.

Chaque année, des centaines de personnes se lancent sur les pistes de la Great Divide en ayant comme but de se rendre à Antelope Wells en un seul morceau. Certains la font afin de relever un défi personnel, mais d’autres l’attaquent à la course.

Le Tour Divide est probablement l’une des courses les plus difficiles dans le monde des sports cyclistes.

Dès le mois de juin, les cyclistes qui veulent l’affronter se lancent sur ses pistes, GPS et équipement ultraléger en main, afin de parcourir la distance entre Banff et Antelope Wells le plus rapidement possible.

Après le départ, le chronomètre ne s’arrête jamais. Les cyclistes sont alors laissés à eux-mêmes et doivent subvenir à tous leurs besoins sans aide extérieure. Bris mécaniques, douleurs physiques, nourriture et eau, tout est sous le contrôle des participants. Évidemment, tous peuvent se réapprovisionner en chemin, mais seulement dans des commerces où tous les autres participants pourraient le faire.

C’est pour toutes ces raisons que, pour beaucoup de cyclistes d’aventure, la Great Divide Mountain Bike Route est l’ultime expédition à vélo.

It is by riding a bicycle that you learn the contours of a country best, since you have to sweat up the hills and coast down them.
Ernest Hemingway

 

Le Cutthroat de Salsa

Photo : QBP et Linda Guerrette
Photo : QBP et Linda Guerrette

Salsa, une marque de vélo née pour l’aventure, une marque qui affectionne particulièrement le genre d’expérience que procure la Great Divide Mountain Bike Route, propose depuis quelques années des modèles spécialement conçus pour satisfaire les besoins de ces aventuriers et des ces aventurières à vélo qui cherchent à toujours pousser plus loin leur désir de découverte et de développement de soi.

L’an dernier, Salsa annonçait son Cutthroat : un vélo conçu pour le bikepacking, spécifiquement pour la Great Divide Mountain Bike Route. À preuve, le tracé de la GDMBR qu’on trouve sous le tube diagonal du vélo, avec les inscriptions des principales destinations qui jonchent la route transcontinentale.

Mais au-delà d’un simple dessin, c’est la conception même du vélo qui en fait un partenaire idéal pour un parcours d’endurance.

Le Cutthroat, c’est un cadre complètement carbone qui saura réduire les vibrations de la route pour vous permettre de passer encore plus d’heures en selle. Avec son triangle arrière construit avec des bases et des haubans spécialement conçus pour absorber les vibrations et les coups que reçoit la roue arrière, c’est un cadre fait pour le confort longue durée. La fourche en carbone, dotée de deux points de montage à trois vis, est parfaite pour transporter du matériel supplémentaire ou des bouteilles d’eau surdimensionnées à l’avant.

Les quatre points de montage pour bouteilles d’eau sur le triangle central vous assureront suffisamment de possibilités d’hydratation pour les longues portions en autonomie complète. Et, si vous préférez utiliser l’espace du triangle principal pour y glisser un sac de cadre, allez-y; les ingénieurs de Salsa ont optimisé l’espace pour y glisser le plus gros sac possible.

Deux montages du Cutthroat sont offerts par Salsa et sont disponibles en exclusivité à La Cordée Boutique.

x9

Le premier, monté en SRAM X9 avec pédalier double et dérailleur avant SRAM X7, est doté de freins à disque mécaniques et de manettes SRAM Apex.

rival

Le second est monté en SRAM Rival Hydro sans dérailleur avant, comme le veut la tendance dans le vélo de montagne. Potence et tige de selle Thompson sont au rendez-vous, accompagnées, comme sur le montage en X9, du guidon Woodchipper 2 de Salsa.

Dans tous les cas, on ne se trompe jamais avec Salsa et, avec le Cutthroat, on a droit à deux merveilleux vélos d’aventure conçus pour l’endurance.

La Great Divide : l’ultime parcours de vélo d’aventure
6 votes
Partager ce billet de blogue