Collaborateurs

16 janvier, 2015
Collaborateur de La Cordée depuis plusieurs années, le docteur Michel White est également un cardiologue de grande réputation en plus d’être le directeur du programme de recherche en insuffisance cardiaque et transplantation cardiaque à l’institut de Cardiologie de Montréal. Hors du cercle de la médecine, Michel White s’est fait connaitre par son implication dans divers projets sportifs impliquant des personnes greffées. Somme toute, les chroniques du Dr. White sont intéressantes à lire pour tous les amateurs de plein air.

Malgré un hiver tardif, le froid mordant sera bien présent en janvier. Une question se pose alors : le froid est-il bon ou nocif pour la santé? Pour y répondre, voici quelques mythes et réalités entourant l’exposition aiguë ou chronique au froid.

14 novembre, 2014

Originaire des Laurentides, Olivia Bouffard-Nesbitt skie depuis aussi longtemps qu’elle peut s’en souvenir. Âgée de 22 ans, cette jeune athlète passionnée de plein air possède une énergie et une détermination à toute épreuve. Ayant joint les rangs des ambassadeurs de La Cordée l’an dernier, c’est avec fierté et enthousiasme que nous vous présentons cette dynamique skieuse de fond.

14 novembre, 2014

Le ski de fond est bientôt à nos portes. Il s’agit d’un sport des plus exigeants et des plus complets physiquement, mais également très ludique. C’est aussi l’un des meilleurs sports pour augmenter la capacité cardio-pulmonaire. Pour la santé, la pratique régulière de cette discipline contribuerait à l’atteinte du poids santé, diminuerait les risques d’apparition du diabète et d’hypertension et augmenterait la longévité, principalement en prévenant les maladies cardiovasculaires. C’est aussi une puissante arme anti-stress. Voici quelques conseils de santé et de forme physique générale pour bien préparer votre prochaine saison. Vous pourrez ainsi skier plus longtemps et plus vite, en toute sécurité pour votre santé.

3 octobre, 2014

Vous souvenez-vous de vos premiers vrais coups de pédale? Quand je dis « vrai », je veux dire le moment où vous avez pris conscience de la distance qu’il était possible de parcourir sur cet engin qui n’était jusqu’à maintenant qu’un simple jouet. Au tout début, celui-ci n’avait que trois roues. Ensuite, il s’est transformé en quatre roues pour finalement se convertir sur deux roues.

22 août, 2014
Notre ambassadeur Maxime Durand sait comment transformer un séjour à l’étranger pour le travail en une incroyable expérience sportive. Voici son épopée en Allemagne, pour une compétition de triathlon dans la région de Francfort. Achtung, fertig, los! (À vos marques, prêt, partez!)

Deux semaines à l’avance, j’apprends que je dois me rendre en Allemagne pour le travail. Le tout n’a rien à voir avec le sport; je dois aller à Köln (Cologne) pour un congrès de jeux vidéo. Toutefois, par pur plaisir, je me suis mis à regarder le calendrier des évènements sportifs à proximité du colloque. Demi-marathon? Triathlon? Je tombe sur le plan le plus corsé : le Championnat européen de Ironman 70.3 à Wiesbaden, une ville tout près de Francfort. D’emblée, je me fixe un seul objectif; y aller pour le plaisir et l’expérience plutôt que pour la compétition. Avec le recul, je constate que cette manière de considérer ma participation à l’événement était la bonne.

15 août, 2014

 

L’arrivée

Ma famille et moi débarquons en Islande. Nous y pédalerons tout l’été. Caméra à l’épaule, nous partons à l’aventure. J’y réaliserai un film pour les Grands Explorateurs. Dix personnes qui voyagent ensemble, c’est plus simple que ça n’y paraît. Nous voyageons séparément, c’est plus économique. Cinq d’entre nous arrivent les premiers, les autres nous rejoignent dans 5 jours. Papa Pierre et Louis-Philippe (le 3e) arriveront à la fin juillet et l’aîné viendra nous rejoindre en août. Après un premier vol de deux heures de Montréal à Halifax, nous montons à bord de l’avion d’Icelandair pour quatre heures. Il nous mènera à l’aéroport de Kevlavik, à une cinquantaine de kilomètres au sud de la capitale Reykjavik (le « j » se prononce « i »). En arrivant, nos cinq vélos nous attendent dans leurs boîtes respectives sur un chariot. Nous remettons les guidons et les pédales en place,  nous soufflons les pneus et finissons l’installation de nos sacoches sous la supervision de Jean-Cristoph qui sera notre mécano pour ce voyage.

8 août, 2014

« Welcome home, Bon retour à la maison! » nous souhaitait la gentille douanière canadienne à notre arrivée en Colombie-Britannique qui nous questionnait davantage sur notre voyage plutôt que sur le contenu de nos sacoches. Nous arrivions alors de Seattle après plus de 400 km sur la côte ouest de l’État de Washington, le cœur gros et plein de bons souvenirs de nos voisins du sud. Maintenant, direction est! Ici, des cyclotouristes il y en a. À peine avions-nous donné nos premiers coups de pédales en Colombie-Britannique que nous avions déjà croisé une dizaine de routards à deux roues faisant eux aussi la traversée du Canada. Nous n’étions plus les seuls. Traverser le Canada à vélo, c’est devenu un classique et les options d’itinéraires sont limitées. Résultat : nous recroisons souvent les mêmes personnes. Cependant, en vélo, chacun y va à son rythme et tous le font pour des raisons qui leur sont propres. Sans surprise, la manne de cyclotouristes se dilue plus nous pénétrons à l’intérieur du pays.

4 juillet, 2014

 

À 28 ans et après quatre années de pratique du triathlon, Maxime Durand devient un ambassadeur de La Cordée pour cette discipline.

Il s’initie pour la première fois au sport en acceptant de remplacer un ami pour la partie course à pied d’un triathlon. La piqûre est intense et immédiate : l’atmosphère survoltée du triathlon le stimule au point où, rapidement, il s’achète une nouvelle paire de chaussures de course et se remet à la natation.

4 juillet, 2014

 

Avez-vous déjà entendu parler de Perse et Vérance? Qui sont-ils? Nous les connaissons depuis peu. Nous les avons découverts au tiers de notre voyage, au Texas et au Nouveau-Mexique. Ils étaient également présents dans les montagnes du Colorado, de l’Utah et de la Californie. Ils ne sont pas méchants. En fait, ils sont les partenaires de notre mental. Ils sont, somme toute, de très bons compagnons. Vérance est utile pour son côté motivateur. Perse lui, nous raisonne parfois et nous suggère des options plutôt alléchantes. Par exemple, il nous susurre occasionnellement de prendre une pause dans un motel. Or, cette suggestion, si nous la suivons, apporte toujours son lot de surprises. En cyclotourisme, le budget est restreint et les motels sont, la plupart du temps, de fausses récompenses. Bien souvent, les plus abordables sont les moins recommandables. D’ailleurs, les tapis de style années soixante semblent ne jamais avoir été changés depuis leur installation. Ils en ont vu des paires de pieds et ça se sent, croyez-nous! La literie n’a, quant à elle, probablement jamais été renouvelée et le matelas, inutile d’en parler. Nous en venons souvent à la conclusion que la tente, le matelas de sol, le sac de couchage et le gazon sont vraiment les meilleurs motels du monde!

27 juin, 2014

Un nouveau voyage se prépare. Après les 11 en vélo à travers le Canada, l’Égypte pendant la révolution et la Mongolie à cheval, nous partons avec nos neuf enfants au pays des légendes, des volcans et des geysers.  Nous allons parcourir l’Islande à vélo. Pas de panique, nous sommes bien organisés. Notre équipement est pensé et adapté pour ce type de voyage de groupe.

Depuis quelques semaines, une liste traîne sur le bureau. Dès que nous réfléchissons à quelque chose qui pourrait nous être utile lors du voyage, nous l’écrivons. Que nous reste-t-il à faire et à acheter? Tout semble aller trop vite tout d’un coup. La date du départ approche si rapidement.