Intro aux voyages de ski en autonomie dans les Alpes : destinations et prévisions météo – Partie 1 de 4

Les Alpes : terrain de jeu centenaire des passionnés de montagne. Evans Parent, skieur émérite et chasseur de poudreuse, collabore cette année avec La Cordée et nous présente ses précieux conseils pour profiter au maximum de cette chaîne de montagnes gigantesque. À travers pas moins de huit pays, mais principalement la France, la Suisse, l’Italie et l’Autriche, Evans nous livre le savoir tiré de son expérience européenne.

Un guide en quatre parties à paraître en novembre 2017.

Par Evans Parent

Les Alpes

Les Alpes sont un classique lorsqu’il est question de ski. Pourtant, malgré des centaines de stations de ski de toutes les tailles, une poignée de stations majeures se partage la clientèle internationale. Les skieurs nord-américains sont majoritairement déposés sur les pistes de ces stations et ne sont donc pas en ski hors-piste.

De ce côté-ci de l’Atlantique, il n’est pas évident de trouver de l’information sur les stations qui ne bénéficient d’aucun budget de publicité et encore moins sur les options possibles de ski hors-piste. Ceux et celles qui ont déjà essayé de s’organiser un voyage par eux-mêmes hors des sentiers battus, se sont peut-être aussi déjà perdus dans la multitude de sites internet qui présentent différentes informations parfois peu pertinentes!

En effet, un des premiers problèmes que j’ai rencontrés lorsque j’ai voulu chasser la poudreuse en Europe est l’orgie d’information disponible! Il y a tellement de stations de ski et de possibilité de ski hors-piste, le tout normalement séparé en minuscules régions qui nécessitent pratiquement d’étudier l’histoire de l’Europe pour déchiffrer les bulletins météo, qu’il devient difficile de s’y retrouver.

Cette série de billets vise donc à ouvrir les yeux des skieurs aux multiples options que les Alpes offrent et à présenter quelques sites que j’aime bien utiliser pour m’aider dans ma planification. Que ce soit pour le ski hors-piste à partir des remontées ou pour le ski hors-piste dans sa plus pure expression, il y a des facteurs communs à considérer!

Destinations

Premièrement, comme l’arc alpin s’étend sur plus de 1200 kilomètres et traverse huit pays, je ne pourrai pas couvrir son entièreté. Cette série de billets vise plutôt à vous présenter des trucs et des astuces pour visiter les principales destinations de ski: la France, la Suisse, l’Autriche et l’Italie.

Il est donc important de choisir approximativement le point d’atterrissage ou la région que vous désirez visiter. Les aéroports principaux sont Lyon ou Genève pour skier en France, Genève ou Zurich pour la Suisse, Turin, Milan ou Venise pour l’Italie, et Munich, Vienne et Innsbruck pour visiter l’Autriche.

Sachez que bien qu’on retrouve une certaine similitude entre les expériences offertes dans les différents pays, chacun saura vous charmer par sa culture de ski unique.

Par contre, peu importe la destination que vous choisirez, sachez qu’il reste toujours un endroit avec de la neige vierge à skier dans les Alpes!

Météo

La météo dans les Alpes est très complexe. Contrairement à l’Ouest canadien ou américain où les tempêtes viennent principalement de l’ouest avec une petite composante du sud ou du nord, les tempêtes dans les Alpes peuvent venir de pratiquement n’importe où.

Comme la bonne collaboration de Dame Nature est directement liée à la réussite d’un voyage de ski, il est intéressant de ne pas réserver l’entièreté de ses vacances à un endroit et de garder une certaine flexibilité et une certaine mobilité pour améliorer ses chances de skier dans les meilleures conditions possible.

La météo est très variable selon les endroits. L’annonce d’une tempête en plein milieu du mois de février n’entraîne pas automatiquement de bonnes conditions de ski. Il se peut que dans les jours, semaines ou mois précédent ladite chute de neige, il n’ait pas neigé. Cette nouvelle tempête pourrait alors ne pas recouvrir les obstacles au sol normalement couvert lors d’hivers avec des précipitations plus abondantes.

Les Alpes n’échappent pas aux changements climatiques et la température varie grandement au cours de l’hiver. Il n’est pas inhabituel de voir des précipitations sous forme de pluie, même dans les plus hauts sommets en plein hiver. Le réchauffement qui suit une tempête peut aussi être très rapide. Les beaux champs de poudreuse vierges seront alors transformés rapidement en espèce de colle pas très agréable à skier. Pour profiter de conditions respectables, il ne reste alors que les pistes travaillées mécaniquement qui seront alors en une espèce de gros sel de printemps.

L’isotherme 0 (altitude à laquelle la température devient inférieure à 0 degré Celsius) peut varier considérablement. Comme l’Europe bénéficie d’un climat plutôt doux, les stations de ski ainsi que les bonnes options de ski hors-piste sont rendues possibles grâce à leur altitude. Il est tout à fait normal de prendre un café bien au chaud sur une terrasse dans le village situé au pied des pentes, prendre les remontées et se les geler bien comme il faut en altitude. Il faut faire bien attention à l’isotherme 0 puisque certaines tempêtes se terminent par un réchauffement et si l’isotherme 0 monte trop en altitude, il se pourrait que la neige soit gâchée par le réchauffement.

L’orientation des pentes a aussi son rôle à jouer. Ce n’est pas parce qu’il fait 5 à 10 degrés Celsius que toute la poudreuse se transformera nécessairement en colle. Il est tout à fait possible de trouver de la poudreuse bien froide sur des aspects nord bien protégés ou des couloirs ou vallées d’orientation est, et ce, après plusieurs jours où la température ambiante peut avoir dépassée le point de congélation. La neige ne prenant pas nécessairement la température ambiante, il vaut vraiment la peine de tâter le terrain et de chercher à l’ombre des faces qui ne voit pas du tout de soleil. Vous serez vraiment surpris de ce que vous trouverez!

Le site Webcams.travel regroupe des webcams d’un peu partout dans le monde. C’est vraiment une option intéressante pour ne pas avoir à se fier à des bulletins de neige parfois un peu trop optimiste et pas très réaliste!

Normalement, les prévisions les plus précises sont celles qui sont produites par les différents offices nationaux. La France, la Suisse et l’Autriche ont des prévisions nationales pour les conditions météo à prévoir. Je n’ai rien trouvé de bien intéressant pour l’Italie.

Je dois dire que normalement, le site de prévision suisse est assez spectaculairement précis!

Lorsque je ne suis pas capable de bien comprendre l’information du bulletin météo comme c’est souvent le cas pour l’Autriche ou que j’ai besoin d’avoir plus d’une prévision pour un endroit, j’aime bien utiliser d’autres sites qui couvrent presque toute l’Europe et même plusieurs endroits au Canada!

Curieusement, le site norvégien yr.no couvre avec une assez grande précision beaucoup d’endroits dans les Alpes. Mon site préféré, lorsque je veux avoir un peu plus d’info, est MeteoBlue. Ce site a la particularité de nous laisser consulter en un seul coup d’oeil les prévisions de 8 différents modèles de calcul météo. En cliquant sur l’onglet Multimodel, on voit si les différents modèles s’entendent sur les prévisions ou si leurs prévisions divergent. Plus ces modèles s’entendent, plus on est certain que les prévisions sont précises!

Le site SnowForecast est intéressant, mais les prévisions qui y sont normalement faites pour ce qui est des quantités de neige à recevoir ne sont généralement pas très précises. Par contre, c’est un excellent outil pour trouver les prévisions de neige à proximité d’un très grand nombre de stations de ski.

Conclusion

La météo étant un domaine assez complexe, vous finirez par vous rendre compte que plus vous vous y intéresserez, plus c’est difficile de bien comprendre! La meilleure façon que j’ai trouvé pour ne pas virer complètement fou, c’est de comparer deux ou trois prévisions et de me faire une idée en regardant approximativement ce qui est prévu.

Evans Parent souhaite remercier ses commanditaires : Outdoor Research, Scarpa, Xalibu Skis, Gregory et Rottefella

Intro aux voyages de ski en autonomie dans les Alpes : destinations et prévisions météo – Partie 1 de 4
6 votes
The following two tabs change content below.
Author Image
Originaire de La Tuque, Evans chausse des skis pour la première fois à l’âge de deux ans. Puis, en 2005, fraîchement gradué, il décide d’aller goûter, avec deux de ses amis, à la fameuse poudreuse de la Colombie-Britannique à bord de sa vieille Subaru. Il tombe sous le charme de ce mode de vie et part à la chasse à la poudreuse dans toute l’Amérique du Nord, avant de faire du monde, son terrain de jeu blanc.
Partager ce billet de blogue