Lydiane autour du monde à White Lips 2018

Si vous êtes amateur de ski, vous avez peut-être déjà entendu parler de l’événement White Lips qui consiste d’un séjour de trois jours dans les Chics-Chocs en Gaspésie pour une initiation au ski hors-piste. S’adressant uniquement aux filles, skieuses et planchistes à la recherche de défis, qui désirent découvrir les rudiments du ski et des déplacements dans l’arrière-pays, cette cinquième édition de l’événement a attiré 100 filles, dont 25 femmes guides.

L’arrivée à Murdochville

Tout ce beau monde débarque à Murdochville, dans la péninsule de la Gaspésie. Certaines des participantes dormiront dans un vieux presbytère, d’autres dans une auberge de jeunesse, et encore d’autres dans des maisons. Lydiane se retrouve dans une maison avec trois autres filles. « On se fait des amis assez vite dans une situation pareille. »

La ville minière de Murdochville a connu des temps précaires et difficiles, mais depuis plusieurs années, elle renaît grâce à la popularité du ski.

Lors des trois prochains jours, les filles pourront faire les remontées en Catski ou avec des peaux d’ascension. En temps normal, l’option Heliski est également offerte, mais un problème mécanique a cloué l’hélicoptère au sol pendant l’événement cette année.

Les Chics-Chocs, un vaste domaine montagneux

Les Chic-Chocs s’étendent sur un vaste domaine, avec des descentes qui disparaissent au lointain, zigzaguant parmi les épinettes transformées par la neige en silhouettes fantastiques et méconnaissables. Ici, on ne part jamais sans DVA, une pelle et une sonde! Les avalanches sont une réalité et on ne joue pas avec ça. Chacune des 100 filles est équipée avec cet équipement dans son sac à dos, et elles souhaitent ne pas avoir besoin de s’en servir!

Vendredi

Il y a belle lurette que Lydiane est planchiste, mais elle vient tout juste de s’initier au ski le mois précédent! Et les conditions de poudreuse, c’est nouveau pour elle aussi.

Un petit sentiment d’inquiétude s’installe – serait-elle capable de suivre et de rester avec son groupe plus avancé?

Malgré les bons conseils et les bonnes intentions des guides, Lydiane était craintive lors de sa première journée de ski, évoluant à l’extérieur de sa zone de confort. Avec d’impressionnantes pistes présentant des défis de taille, elle avançait comme elle le pouvait, sans s’arrêter pour compter les chutes. « Mes jambes tremblaient, tellement l’adrénaline était intense! Skier dans la poudreuse, c’est super trippant, mais c’est du travail! » Et elle aurait raison! Le corps travaille plus intensément pour exécuter des virages dans la poudreuse profonde, en comparaison avec une piste où la neige aurait été tapée par la dameuse. Mais les sensations que l’on éprouve en skiant dans la poudreuse sont incomparables. « C’est comme flotter sur un nuage! »

Grâce aux bons conseils des guides, Lydiane a un nouveau mantra qu’elle se répète incessamment en skiant : « Garde tes bras en avant et attaque la pente! »

Déjà vers la fin de la journée, elle a pris du poil de la bête et elle s’est améliorée… même beaucoup! Cette aventurière est loin d’être du genre à se décourager pour autant.

Après le souper bien mérité, c’est une descente de ski à la frontale qui est proposée, à compter de 21 h. Avant de descendre la piste, certaines des filles sortent des chapeaux de cowboy, des perruques en tous genres, et même un costume de licorne!

Photo: Phil Emond

Samedi

Le lendemain, Lydiane a eu droit à une expérience très contrastante avec celle de vendredi. L’atmosphère intimidante de la journée précédente s’estompe et cède la place à une atmosphère enivrante, harmonieuse, et remplie de moments féeriques.

Les pistes plus faciles de samedi ont largement contribué à la nouvelle dynamique. Les choses ralentissent un peu aussi, puisque c’est une journée où les remontées se sont faites avec des peaux d’ascension. Il faut compter une quarantaine de minutes pour arpenter la côte avec les peaux sous les skis, tandis qu’il n’en coûte que six ou huit pour la descendre.

Entre les descentes, du rhum épicé est servi pour chasser le froid.

En fin de journée, c’est le party! Un DJ, de la bonne musique, un bar sympathique rempli de filles qui viennent de partager des moments incroyables en ski… tout ce qu’il faut pour créer une ambiance d’après-ski à souhait. Le comptoir du bar a même très bien servi de piste de danse!

Dimanche

Ce n’est pas avant dimanche que Lydiane a eu l’occasion de réellement perfectionner sa technique dans la poudreuse. « Je suis partie de mille débarques le vendredi à seulement une dizaine le dimanche! »

Par ailleurs, Dame Nature se montre clémente et offre généreusement aux skieuses une nouvelle bordée de trente centimètres de poudreuse fraîche et légère (le soi-disant Saint Graal du skieur), qui est tombée la nuit précédente. Son groupe a eu droit à six descentes avec les remontées en véhicule chenillé, ou Catski, le terme local. De vraies bêtes de charge, ces véhicules parfaitement adaptés aux conditions hivernales des Chic-Chocs peuvent accommoder de huit à douze personnes. « Ça jase, ça chante, et c’est même chauffé, alors on n’a même pas le temps de se refroidir entre les descentes! »

Déjà rendu en fin de journée dimanche, l’événement tire à sa fin. Lydiane rajoute à son carnet de voyage cette visite aux Chic-Chocs qui lui a permis d’explorer et de skier les monts York et Porphyre, et ce, dans des conditions paradisiaques!

Hélas, c’est les adieux! De nouvelles amitiés ont été soudées, et des souvenirs inoubliables ont été conservés à tout jamais.

« Le snowboard, c’est fini pour moi! », déclare Lydiane d’un ton ferme. « Je mets ma planche sur Kijiji, ok! » Pour elle, ça se passera désormais en ski alpin et en ski de randonnée.

Plusieurs participantes sont équipées de la tête jusqu’aux pieds, mais pour les autres moins bien équipées, La Cordée a fourni une trentaine d’équipements de ski de randonnée, avec bottes, bâtons et peaux d’ascension.

Et si vous vous demandez si Lydiane sera de retour l’an prochain pour la prochaine édition de White Lips, notre bien-aimée aventurière vous répond d’un seul mot retentissant : « OUI!!!!! »

Pensez-vous qu’ils l’ont entendu jusqu’à Murdochville?

 

 

Bien loin de s’arrêter après cette virée en Gaspésie, Lydiane nous dévoile qu’elle s’apprête à faire la traversée de la Gaspésie, dit TDLG, en février prochain. D’une durée de sept jours, cette traversée consiste à sillonner les montagnes de la Gaspésie et à remonter le bord de la mer en ski de fond ou en raquettes. Elle fera la traversée en ski de fond, mais elle devra tout d’abord s’y initier! Encore une fois, la dynamique pleinairiste nous fait part de son enthousiasme sans égal. Suivez ses aventures de la TDLG dans un prochain blogue!

Photo en haut de l’article: Phil Emond

Lydiane autour du monde à White Lips 2018
2 votes
The following two tabs change content below.
Author Image

Lydiane autour du monde

En 2013, Lydiane quitte maison et boulot pour arpenter la planète et aller au bout de ses rêves. Aventureuse, énergique et créative, elle s’est donné comme mission de découvrir le monde, son sac au dos. Nomade née, Lydiane a un penchant pour la randonnée et elle se lance avec enthousiasme dans de nouvelles expériences de plein air. Après avoir foulé le sol de six continents, Lydiane demeure insatiable et poursuit sa découverte du monde, qu’elle partage avec, entre autres, sa grande communauté virtuelle. Ses dadas? Faire de la photo, de la cuisine végane et de petites crèmes maison à base de produits naturels.
Author Image

Derniers articles de Lydiane autour du monde (Tous les articles)

Partager ce billet de blogue