Le défi d’une vie : l’Appalachian Trail de Danielle Vibien

Être femme et parcourir en solo la Appalachian Trail : le 27 mars 2018, c’est un départ!

Par Danielle Vibien,

J’annonce mes couleurs : je suis passionnée, de plein air, de rando et d’équipement, de chocolat, de tuques et de chaussettes! Je les collectionne avec gourmandise, et pour être honnête, sans retenue et sans culpabilité! Et que dire des cartes topo? 200, 250 au fil des ans ont trouvé leur place dans mes bacs de rangement. Quant à moi, une carte et un sac à dos suffisent pour me mettre en mouvement et partir à l’aventure, ne serait-ce que pour une journée. Un café, une carte, un tracé… je viens de créer la possibilité!

Depuis maintenant 13 ans, j’occupe le poste d’acheteuse au sein de l’équipe La Cordée. Je couvre les produits de camping, d’escalade ainsi que la nourriture disponible en rayons. Je vois à l’approvisionnement. J’aime ma job!

Assise à mon bureau, devant mon ordi, le téléphone à la main, mon corps est statique, mon cerveau mijote : Planifier, structurer, prévoir, budgéter, flairer l’opportunité, comparer, évaluer, négocier, conclure, trouver de nouveaux fournisseurs, resserrer les liens d’affaires, minimiser les accros, défaire les impasses, résoudre les problèmes : voilà à quoi ressemble une journée type bien remplie à l’arrière du décor.

Pour me dégourdir, décrocher et me ressourcer, voici le menu à l’heure du lunch : activité de groupe en gym : kickboxing, tonus, spinning et ce depuis 30 ans, parce que j’y tiens. Une salle de 40 personnes qui bougent en synchro me transporte ailleurs. Je fais partie d’une meute.

Les week-ends, je joue dehors. Je redonne à ma communauté en m’impliquant à titre de chef de sortie bénévole; j’organise ainsi pour le Club de Montagne le Canadien et le Club Alpin, des sorties de groupe de 6 à 10 participants en randonnée pédestre. C’est au cours de ces sorties en montagne que j’ai l’occasion d’utiliser et de consommer les produits que j’achète pour l’entreprise. Je développe ainsi mon sens critique et je parfais mes connaissances sur le terrain. Je partage surtout avec d’autres. Cette implication bénévole m’aura permis de mettre ma capacité organisationnelle à profit, de tisser des liens avec des humains et surtout avec moi-même. Je me connais mieux. Je suis à mon écoute. Les effets secondaires du bénévolat sont multiples, entre autres, un sentiment de bien-être omniprésent qui découle directement du fait d’être reconnue. Mon initiative est appréciée. J’ai appris à me nourrir de la synergie de groupe, moi, Danielle Vibien, qui suit avant tout, une grande solitaire…

La traversée des Chic-Chocs au Québec (10 jours) le Tour du Mont-Blanc en France (10 jours), la Pemi Loop et la traversée de la chaîne Présidentielles aux É.-U. (8 jours), le GR20 en Corse (16 jours)… voilà mon cv. Ces sentiers m’ont appelé. J’ai répondu à l’appel. Je suis partie seule avec mon sac à dos, pour y vivre l’autonomie. Ils m’ont formée et m’ont ouvert l’appétit : à 54 ans, je constate que mon rêve de longue date de parcourir la Appalachian Trail (la AT) n’est toujours pas coché.

Pourquoi? Tout simplement parce qu’à chaque fois que l’idée a fait surface, je l’ai tassé du revers de la main : non, pas maintenant, car je viens de changer de job… non, pas pour le moment parce que je suis en couple (et il ne supporterait pas la distance et moi non plus, et on a un chalet et des projets à 2…) non pas là, parce que j’aime mon travail et je devrai quitter mon emploi… non, pas tout de suite parce que je viens de me séparer et je suis en charpie… non, pas possible parce que je suis en traitement de physio pour une épaule endolorie, plus tard, peut-être, à ma retraite quand j’aurai du temps… euh… J’ai compris que le temps c’est élastique et qu’on lui fait bien jouer le rôle qu’on veut à tort ou à raison. Le compteur tourne néanmoins.

Je vois clair maintenant : la seule façon de passer du rêve à la réalité, c’est de déclarer son projet!

Ce que j’ai fait à mes deux patrons le 10 février 2017.

Avec l’accord de la mes supérieurs, au printemps 2018, je m’absenterai 6 mois pour passer du rêve à la réalité et partir en sentier. Ce sentier s’étend sur la côte est américaine de l’État de la Géorgie à l’État du Maine sur 3500 kilomètres. Départ prévu pour le 27 mars 2018. Retour début octobre. Oui, retour… La Cordée a accepté que je conserve mon poste! Je suis privilégiée.

Je vais donc rester en lien, partager. Je transmettrai des comptes-rendus succincts et des photos de mon aventure, environ aux dix jours, en mettant de l’avant, l’équipement technique, les vêtements, les accessoires que j’utiliserai et la nourriture que je consommerai tout au long de mon périple. Ces items sont vendus dans nos magasins La Cordée. C’est une première, du jamais vu : l’acheteuse Danielle va bloguer, troquer son ordi pour un téléphone intelligent (je n’ai encore jamais tenu un téléphone cellulaire dans mes mains et ça ne m’a jamais manqué) elle va se déplacer comme une itinérante pendant six mois et va vous raconter ses défis, ses hauts, ses bas, ses succès, ses inconforts, ses peurs, ses impasses, ses déconfitures, ses rencontres, bref, tout ce qu’elle n’aura pas prévu sur papier!

Je vous partagerai mes réflexions et mes émotions. Vous saurez à quel moment mon mental craque. Je me livrerai. Parcourir la AT, c’est un projet d’endurance et de résilience. Je suis engagée.

L’autre jour, une de mes amies, Chantal, s’est livrée : « Danielle, je n’en reviens pas de ce que tu t’apprêtes à faire! 6 mois à te balader dans les mêmes vêtements et à te laver dans ta gamelle avec un litre d’eau! Pour moi, c’est absolument inimaginable! Et ce, beau temps, mauvais temps, isolée, en ne pouvant compter que sur toi-même. Quelle détermination et quelle force de caractère! Tu as toute mon admiration ».

Un témoignage touchant venant d’une personne qui doit composer tous les jours avec sa déficience visuelle. Chantal n’a pas froid aux yeux même si elle ne voit pas; en fait, elle a appris à voir autrement; elle s’occupe de sa gourmandise : elle adore voyager et ne tient pas en place. Elle travaille à temps plein et planifie jusqu’à deux voyages chaque année pour cocher jusqu’à maintenant une liste impressionnante de 40 pays différents. Chantal est mon idole. Je n’en ferai jamais autant!

Alors sans le savoir elle m’inspirera dans les moments plus difficiles de ma longue randonnée. J’avancerai, privilégiée. Moi j’ai la chance d’avoir des yeux.

Passer du rêve à la réalité, ça donne un peu le vertige. Partir seule, supportée par sa communauté, ça donne des ailes. La Cordée de déclarer : « Danielle, on ira te chercher, nous, à la fin, pour te ramener à Montréal! »

Wow, un lift! Généreux de nature jusque dans l’âme…. Même si je sens le poisson, le chat mouillé, les touskis oubliés dans un frigidaire abandonné? Vive le covoiturage, vous choisirez peut-être de me mettre dans le coffre!

Je vous raconterai alors pendant les 8 heures de trajet ce que faire partie des 30 % des Thru-Hikers qui finissent m’aura demandé. J’aurai changé. Le sentier m’aura transformée. Je me demande si vous me reconnaîtrez.

Alors, vous pouvez compter sur moi. Si j’ai piqué votre curiosité, suivez-moi sur la carte.

 

Les Smokies, Harper’s Ferry, les Whites, Le Mahoosuc Notch, Le 100 Mile Wilderness… Mais qu’est-ce qu’elle fabrique Danielle? Elle avance ou quoi? Ah oui, c’est vrai, elle transporte sa maison sur le dos dont un contenant anti-ours, c’est plus lourd alors elle avance moins vite. Les autres ne font pas ça. Les autres le font en « ULTRA-LIGHT » ils clenchent pour en finir. Non. Liz Thomas, une Américaine bien connue du milieu des Thru-Hikers l’a bien dit : Hike your own hike! Pour moi, il n’y aura qu’un seul rythme, le mien.

C’est ainsi que j’ai l’intention de me rendre patiemment, un pas à la fois au terminus nord du sentier, au mythique Mont Katahdin. Je vais toucher la pancarte où je me suis promise à la fin septembre, rien de moins que des tranches de bananes trempées dans une fondue au chocolat!

« Mais Danielle… tu ne pourras pas transporter une banane pendant 10 jours + un réchaud + le carburant + ton chaudron qui te servira de bain-marie pour faire fondre ton chocolat… comment vas-tu faire? »

Les anglophones le disent si bien : Figure it out and make it work!

Alors, ne vous inquiétez pas les amis… je gère.

Mon set up, je le vois comme si j’y étais. Je n’ai qu’à tendre la main, un peu plus loin, 3500 kilomètres plus loin; c’est pourtant simple…

Compléter la AT, c’est créer le besoin de redonner à sa communauté.

Et si je partageais ma fondue? Rendez-vous au sommet fin septembre 2018!

Le projet de Danielle serait impossible sans le soutien des compagnies suivantes :

Sans oublier ses autres commanditaires : IcebreakerTherm-A-Rest, Katadyn, GSI, Asolo, Keen, Darn Tough, Counter AssaultNational Geographic, Fruit2, GU, PROBARClif Bar, Uka Protéine, Enerchia, PowerBar et Savonnerie des Diligences.

Le défi d’une vie : l’Appalachian Trail de Danielle Vibien
27 votes
The following two tabs change content below.
Author Image

Danielle Vibien

Danielle Vibien est acheteuse camping et voyage chez La Cordée depuis maintenant 13 ans. Passionnée de plein air et de randonnée, elle fait partie de pas moins de sept clubs sportifs axés sur l’aventure en montagne, en vélo et en ski. Pas surprenant alors que l'Appalachian Trail soit sur sa bucket list depuis un bon moment. À partir de la fin du mois de mars 2018, Danielle fera les premiers pas qui lui permettront d’accomplir l’un de ses rêves les plus chers: parcourir la AT du sud au nord. Avec le concours de son équipe de travail et des différents fournisseurs avec qui elle travaille quotidiennement, c’est seule, mais bien entourée qu’elle part réaliser ce défi. Faites comme nous et suivez-la dans son aventure!