Quiz sur les moustiques pour les amateurs de plein air!

Par Ariane Adam-Poupart

Avec le printemps pluvieux que nous avons eu au Québec, vous avez sûrement entendu plus d’une fois que les moustiques allaient être nombreux et voraces cet été.

Vous êtes-vous fait dévorer par ces insectes piqueurs? Pour ma part, il m’est arrivé à plusieurs reprises de regretter de ne pas avoir pensé mettre du  chasse-moustiques lors de course en sentier! Pire, je me suis retrouvée dans la voiture après une course à la belle étoile, accompagnée de mon gros bouvier et trois gros moustiques tous gorgés de sang. Je les ai tous tués. Beurk!

Vous le savez, je travaille en santé publique et je connais bien les tiques et leur désagrément. Mais je n’en connais pas autant sur les moustiques et suite à cette soirée meurtrière (celle où j’ai littéralement écrasé les trois moustiques pleins de sang dans ma voiture), j’ai eu envie de rencontrer ma collègue Marie-Eve, experte des maladies transmises par les moustiques, pour en savoir un peu plus sur ce sujet.

Dans ce blogue, je vous résume en quelques questions-quiz mes nouvelles connaissances sur les moustiques de chez nous!

Et vous, connaissez-vous bien les moustiques du Québec? 

Les moustiques du Québec peuvent transmettre des maladies, dont le Virus du Nil.
Les moustiques ne piquent que tôt le matin ou à la tombée du jour.
Les moustiques porteurs de maladies ne sont présents que dans les grandes villes du sud du Québec.
Les moustiques ne peuvent transmettre les maladies qu’au printemps.
Les moustiques n’aiment pas particulièrement les sportifs.
Pour se protéger des piqûres de moustiques, il existe plusieurs moyens.
Il n’y a que le chasse-moustiques à base de DEET qui est efficace pour se protéger des piqûres de moustiques.
Éliminer l’eau stagnante pourrait contribuer à réduire les risques de piqûres de moustiques.

Lecture complémentaire :

 

 

Quiz sur les moustiques pour les amateurs de plein air!
7 votes
The following two tabs change content below.
Author Image

Ariane Adam-Poupart

Pendant son doctorat en santé publique, Ariane a choisi la course sur sentier pour s’évader. Puis, elle a pris part à une première compétition de course longue distance en 2013. Cet événement a marqué le début d’une grande passion. Depuis, elle s’est lancé une tonne de défis de course, au Québec et ailleurs. Quand elle n’est pas en train de courir, Ariane cherche de nouvelles destinations de voyage pour aller découvrir le monde et planifie des activités de plein air dans de nouvelles contrées. Les Alpes en Suisse et Big Island à Hawaii font partie de ses coups de cœur.
Partager ce billet de blogue